Accueil » Blog » Petya et les autorités

Relations internationales, Guerre

Petya et les autorités

Vues : 1,550 XNUMX Note d'introduction. Ce texte, publié en russe ici, sur le site de la section russe de l'Association internationale des travailleurs, a été écrit par un adolescent…

by Parti socialiste mondial US

Publié le:

Actualisé:

6 min read

Khv27.ru, CC BY 4.0, via Wikimedia Commons

Note introductive. Ce texte, publié en russe ici, sur le site Web de la section russe de l'Association internationale des travailleurs, a été écrit par un adolescent élève d'une petite ville de l'Extrême-Orient russe. L'illustration montre des personnes faisant la queue pour former un Z - un symbole de soutien à "l'opération militaire spéciale" en Ukraine.

Les autorités poussent l'idée d'amour pour la patrie-nation dans la tête des gens ordinaires, présentant l'idée sous une forme extrêmement perverse, avec toutes ses conséquences… Il y a des expressions de haine et de violence contre les autres peuples, de conservatisme national, de chauvinisme . Les tendances autocratiques de la société s'intensifient, c'est pourquoi, dans la pratique, une communauté humaine déchirée par des contradictions « ethniques » se constitue peu à peu. Certaines personnes sont dressées contre d'autres, souvent indépendamment de la parenté et de la similitude d'origine.

C'est ainsi qu'une véritable catastrophe sociale est créée afin de maintenir le monopole du pouvoir de parasites qui veulent subordonner les travailleurs à leur volonté, les détournant de la compréhension de la situation réelle du pays. Les gens deviennent comme de petits chatons qui n'ont nulle part où aller sans leur mère, ou pour être plus cyniques, ils deviennent des esclaves non libres et dupés, se révélant finalement être des rouages ​​​​amoraux sans âme dont le but dans la vie est de travailler dans des conditions inhumaines. Ces personnes sont complètement écrasées à l'intérieur et déconnectées de l'extérieur.

Notre personnage principal, appelons-le Petya, 15 ans, né en Extrême-Orient dans une petite ville, issu d'une famille ouvrière, est attiré par les idées de gauche et s'intéresse activement à l'histoire de l'URSS et de bien d'autres « États socialistes ». », le communisme, ainsi que le marxisme, s'opposant activement au capitalisme, le considérant comme une formation économique obsolète. Lorsque la guerre russo-ukrainienne a commencé, Petya, naturellement, comme il sied à un gauchiste, a pris la parole à partir de positions de classe, affirmant que cette guerre est un conflit pour la redistribution des sphères d'influence entre la bourgeoisie russe et occidentale, et aussi que les ambitions de « notre « classe dirigeante contredit les intérêts des travailleurs ordinaires. Que tous les coûts de la guerre tomberont sur les épaules des travailleurs ordinaires. Des mesures antisociales telles que la réforme des retraites commenceront avec une vigueur renouvelée. Toutes ces quelques libertés dont disposent les citoyens diminueront encore plus, jusqu'à leur extinction complète. Bien sûr, les relations entre Russes et Ukrainiens finiront par se détériorer, provoquant une profonde scission entre eux.

Et à quoi ça sert ? Au nom d'une vague "dénazification" et "démilitarisation", avec un mélange de slogans sur la protection du "monde russe", qui ne sont que de la "poussière dans les yeux" pour justifier leurs intentions prédatrices et impérialistes. Ils sont bien conscients que l'élite a besoin de ce conflit pour renforcer de plus en plus son influence, tant dans le pays – par la violence et l'exploitation des travailleurs – qu'à l'extérieur du pays, à travers des aventures douteuses, dont l'« opération militaire spéciale » sur le territoire de l'Ukraine. Naturellement, le personnage principal ne pouvait que dénoncer la guerre, qui ne répondait pas aux besoins des travailleurs de Russie. 

La première histoire : une classe

Début mars, le dernier jour de la semaine de travail, le vendredi, un cours d'une heure a eu lieu dans son école sur le thème du conflit armé entre la Russie et l'Ukraine. Cet événement a combiné des attitudes idéologiques telles que le conservatisme national, le patriotisme avec une touche de chauvinisme, le nationalisme russe et, bien sûr, le rôle civilisateur de la Russie dans la protection des Républiques populaires fraternelles de Lougansk et de Donetsk. 

Cela ressemblait beaucoup à une performance verbale. Selon l'enseignant, la Russie combat l'Occident rusé, prônant un "monde multipolaire". Les Ukrainiens, les Biélorusses et les Russes forment, semble-t-il, presque une seule nation avec de petites particularités. Ce sont les « maudits bolcheviks » qui ont créé l'Ukraine et sa culture en mettant en œuvre la politique d'indigénisation, aliénant ainsi les peuples de même sang. Après cela, l'URSS, dans laquelle toutes les nations formaient un tout, s'est effondrée. Et maintenant, l'Ukraine indépendante a déclenché une terreur à part entière contre la population russophone, et à la tête de cette terreur se trouvaient, bien sûr, les nationalistes ukrainiens mêmes que le gouvernement soviétique n'avait pas réussi à achever. Pendant ce temps, la «bête», représentée par les États occidentaux, a décidé d'encercler la «pauvre Russie» en étendant son influence en Europe de l'Est, ce qui a violé l'accord inexistant entre les Soviétiques et les États-Unis sur la non-expansion de l'OTAN. L'apogée de ces tendances a été l'Euromaidan, à la suite de laquelle les néonazis ont pris le pouvoir en Ukraine, entraînant le pays dans des organisations hostiles à la Russie. La Russie, bien sûr, est un artisan de la paix qui essaie d'arrêter la fascisation de l'Ukraine en la ramenant à une orientation pro-russe, car les peuples voisins feraient mieux de rester ensemble. L'annexion de la Crimée, ainsi que la confrontation dans le Donbass, sont la protection du peuple russe contre les radicaux de droite et les autorités libérales de Kiev.

En résumant ce que nous avons entendu, nous pouvons dire que lors de cet événement cool, il a été dit en clair que nous, citoyens ordinaires, devrions soutenir les «ambitions de pain» de «notre» gouvernement, qui veut étendre sa sphère d'influence impérialiste dans le monde. Ce qui, vous l'aurez compris, est présenté comme la libération de l'Ukraine du « joug banderiste-occidentaliste », la protection de notre « Grande Patrie » des ennemis extérieurs.

Le protagoniste n'était clairement pas ravi de ces rebondissements verbaux. Il y avait des sentiments assez mitigés dans la classe. Par exemple, lorsque Petya, qui était assis à côté d'un de ses camarades de classe, s'est finalement fait demander ce qu'il pensait de l'événement, il a répondu : "C'est complètement absurde !" Un autre camarade de classe a demandé : "Alors, on nous a montré des trucs mignons et moelleux, puis on nous a refilé de la merde ?" A quoi Petya a répondu: "Oui, c'est comme ça." Mais si nous parlons de toute la classe stupide, alors nous devons admettre que la majorité a probablement "mordu à l'hameçon" sur ce crochet de propagande, sans même penser à la façon dont ils ont essayé de les tromper.

Les deux histoires restantes sont à plus petite échelle mais assez révélatrices.

La deuxième histoire : conversation avec des hommes d'Église

Un jour, étant allés avec deux camarades de classe faire de la poésie pour l'un des concours dans un petit bâtiment près de l'église, nous sommes entrés en contact avec deux personnalités colorées. Il s'est avéré qu'il s'agissait d'un homme et d'une femme qui, à en juger par leur apparence, occupent des postes quelconques dans l'Église orthodoxe russe (ROC). Ils ont parlé dans cette veine : "Malgré la situation difficile dans le monde, nous devons souhaiter bonne chance à nos troupes pour libérer l'Ukraine du fascisme, et aussi nous souvenir des personnalités qui ont aimé et compris leur patrie".

Pour être honnête, il était même étrange d'entendre des représentants de l'église parler de la justesse de la méthode armée de résolution du conflit entre l'Ukraine et la Russie, assaisonnée de patriotisme bourgeois. En même temps, cela ne devrait pas nous surprendre, car depuis des temps immémoriaux, les grandes institutions religieuses telles que le ROC ont été le pilier des autorités, étant généralement les organisations les plus réactionnaires de la société, étouffant toute aspiration populaire.

La troisième histoire : informations politiques

Le dernier incident s'est produit sur des informations politiques, lorsque de nombreuses classes se sont rassemblées dans la salle de réunion pour écouter une femme qui, à en juger par son uniforme, appartenait probablement à une sorte d'agence d'application de la loi. Elle a prononcé le discours suivant : « Qu'est-ce que l'extrémisme ? C'est à ce moment que les gens organisent des actions violentes dirigées contre l'État et pour atteindre leurs objectifs. Ce qui fait souvent écho au terrorisme. Il existe de nombreuses organisations de ce type dont l'idéologie est le néonazisme. Faisant un certain événement de protestation, ils essaient activement d'y impliquer les jeunes, à travers les mêmes réseaux sociaux. Par conséquent, soyez prudent avec de tels appels, car vous, mineurs, pouvez simplement être emmenés et envoyés au poste de police, en infligeant une amende à vos parents car vous, en tant que personne de moins de 18 ans, ne pouvez pas visiter les lieux où des actions de cette nature ont lieu. Et en général, il vaut mieux ne pas participer aux manifestations dirigées contre les autorités, car vous pouvez vous blesser, ruiner votre réputation, finir par ne rien obtenir, gaspiller toutes vos forces et vous retrouver avec rien.

Surtout, Petya a été étonné par l'affirmation selon laquelle tous les "extrémistes" sont, bien sûr, des nazis, des nationalistes, des fascistes, etc. syndicale, contestation, lutte d'information explicative, n'existait manifestement pas pour elle. Aussi, la croyance que tout peut toujours être résolu pacifiquement sans violence est en soi un mensonge. Cela ne se passe pas ainsi.

Postface triste

Le problème, c'est qu'actuellement en Russie il n'y a pas de force majeure représentant les intérêts des travailleurs. L'opposition est représentée par les mêmes sociaux-démocrates roses comme les organisations de Gennady Zyuganov, Sergei Mironov et autres. Après tout, ils ne visent pas une véritable arrivée au pouvoir, ne restant que la « main gauche » du régime, symbolisant l'illusoire affrontement démocratique de partis d'idéologies différentes. Parallèlement, paradoxalement, ces mêmes partis quasi populaires étouffent toute initiative venue d'en bas visant à améliorer la qualité de vie de la population active.

La population est aujourd'hui tellement appauvrie que la lutte pour soulager sa situation se transforme souvent en une lutte pour le dernier morceau de pain. En Russie, s'est instaurée une dictature d'hommes politiques qui ne se préoccupent que de leur propre enrichissement et de leur situation personnelle… Les autorités veulent prendre tous les leviers de pression entre leurs mains, faire ce qu'elles veulent, « poser des bombes sous la Russie », la diviser en plusieurs provinces économiques et politiques distinctes, renforçant le statut de la Russie en tant que périphérie de l'Occident - les pays du noyau capitaliste, vraiment sans résoudre les problèmes «ethniques» et en aucun cas arrêter la stratification non seulement entre les pauvres et les riches, mais aussi entre les riches et les couches moyennes. Ces autorités poursuivent leur politique de formation d'un État policier, tout en entraînant le pays dans des campagnes tout à fait étranges dans leur conception, servant, naturellement, à renforcer la position de « nos » nantis et à affaiblir la classe ouvrière.

Il y a une question importante qui tourmente le personnage principal : "Pourquoi" ? En fait, pourquoi était-il nécessaire de dire tout cela à ceux qui vivent ici en Extrême-Orient ? Dans une région où les autorités sont devenues complètement effrontées en mettant en place un régime autocratique, le népotisme. la corruption et la destruction de l'héritage soviétique. Le respect des droits et devoirs de l'individu a longtemps été ici une formalité. Et toutes les autres sources d'opinion sont brisées et déchirées en lambeaux. Sans parler de la paperasserie.

Une certaine image de la situation se dessine. Il s'avère que l'idée de « patriotisme commode » va de pair avec le nationalisme, s'implante partout et pénètre absolument toutes les couches de la société. Les dissidents, ou les personnes occupant d'autres positions, sont soumis à une pression incroyable avec des menaces de privation de libertés économiques, de persécution politique et d'accusations criminelles. Et les décisions qui sont prises depuis Moscou n'ont rien à voir avec des objectifs nationaux en termes de sécurité, d'anti-occidentalisme idéologique, de résistance au néonazisme, etc. «Ceux de Moscou» sont guidés, tout d'abord, par leurs intentions égoïstes et étroites, ayant depuis longtemps transformé la Russie en un tas de déchets croissant, sans résoudre l'essence même du problème, le laissant aux autres, croyant que tout s'arrangera par lui-même et cela ne vaut pas du tout la peine de s'en soucier.

Le plus triste est que les gens sont assez indifférents à tout ce qui se passe. La population vit de manière apolitique, ne se souciant pas des événements actuels, vivant conformément à sa routine de vie quotidienne. C'est le problème de la réticence à penser avec son propre esprit, prenant pour la vraie vérité ces contes qui viennent « d'en haut », qui génère une combinaison d'ignorance et de stupidité dans l'esprit de la population. Tout cela a renforcé la primauté culturelle, économique, politique et sociale des ploutocrates. Les enquêtes sociales actuelles ne font que confirmer la tendance négative émergente dans la société russe moderne, montrant, une fois de plus, la gravité des problèmes. Le rayon lumineux dans cette obscurité totale reste l'illumination politique parmi le peuple, la construction de son potentiel organisationnel, la compréhension de sa position et de ses intérêts de classe. Sans quoi certains esclaves d'un esclavagiste seront condamnés à se battre avec les esclaves d'un autre esclavagiste.

Photo de l'auteur
Pour le socialisme et rien que ça.

Articles Relatifs

galerie de , Politique, Guerre

Guerre en Ukraine — Débat en Allemagne

Vues: 785 Le 6 mai, The Guardian a publié un article sur deux lettres ouvertes adressées au chancelier Olaf Scholz qui avaient été publiées dans la presse allemande au ...

3 min read

Politique, Guerre

D'Obama à Trump : un thermidor orange ?

Vues : 614 Par Stephen Harper (SPGB), 13 novembre 2016 « Son armoire nue ; sa vision câblée '- Wire, 'Internal Exile' Comme l'ont tweeté certains wag après la récente présidentielle ...

4 min read

Relations internationales, Guerre

Ceux qui meurent comme du bétail

Le nombre de morts dans la guerre d'Ukraine augmente régulièrement.

2 min read

Critique de livre, Guerre

Ukraine : nationalistes en guerre

Les nationalistes radicaux, y compris les fascistes et les nazis, jouent un rôle important dans la guerre en Ukraine et un rôle encore plus important dans la guerre de propagande. Poutine justifie son attaque contre l'Ukraine comme une croisade pour « dénazifier » le pays, tandis que certains propagandistes pro-ukrainiens décrivent le régime de Poutine comme fasciste.

3 min read
S'abonner
Notifier de
invité
Ce site utilise le plugin de vérification de l'utilisateur pour réduire le spam. Voir comment vos données de commentaires sont traitées.
2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Partager à...