Accueil » Blog » Profit Hotel (commérages sales sur le capitalisme)

Capitalisme, Classe, Économie, Actualités, Politique, Socialisme, Terreur, Guerre, activités principales

Profit Hotel (commérages sales sur le capitalisme)

Un regard sur le lien entre la guerre, l'État de sécurité et le capitalisme.

by Ron Elbert

Publié le:

Actualisé:

3 min read

J. Edgar, je te connaissais à peine

Vous n'entendrez jamais un économiste prétendre que les augmentations de productivité sont mauvaises. Mais d'où pensez-vous que le gouvernement a obtenu toute cette technologie de surveillance astucieuse ? De l'industrie de la surveillance, bien sûr. Si vous vous demandez pourquoi il n'y avait pas d'industrie de la surveillance en 1917 (Pinkertons, oui ! Les espions de la police, oui !), c'est parce que la classe capitaliste n'avait pas alors toute la belle plus-value qui flottait à la recherche d'opportunités d'investissement comme elle le fait maintenant . Tous les employeurs salariés pensaient que ces travailleurs surpayés n'avaient pas besoin d'être de plus en plus canalisés dans la construction d'un État de sécurité nationale, puis dans le développement d'un établissement anti-émeute élaboré pour le faire respecter.

Pourquoi le « terrorisme international » n'a-t-il pas tardé à remplacer le « communisme international » ? Si les capitalistes pouvaient être vendus sur la peur des terroristes qui se cachaient dans le placard, ils pourraient paradoxalement être assurés d'un marché sûr pour une toute nouvelle industrie. Adam Smith aurait probablement donné un coup de pouce à l'État de la sécurité nationale.

Il s'avère que le marché le plus récent pour investir des capitaux supplémentaires est la police des étudiants :

Autrefois, vous auriez peut-être appelé la Garde nationale. De nos jours, tout ce dont vous avez besoin est un service de police de campus formé par le FBI, financé par le gouvernement fédéral et armé "moins meurtrier". [Michael Gould-Wartofsky, "Repress U, promotion 2012" dans Z Magazine juin 2012]

Même en 1968, ce n'était pas comme ça. Comme le commissaire de police de New York, Ray Kelly, l'a souligné avec suffisance dans un récent discours : « Si les terroristes ne sont pas limités par des frontières et des frontières, nous ne pouvons pas l'être non plus. Cela explique bien sûr pourquoi les États-Unis ont commencé à former et à financer les moudjahidines en Afghanistan en 1979. La mondialisation du capital n'a jamais eu besoin de terroristes internationaux pour lui donner des leçons.

La peur elle-même n'est plus la seule chose à craindre ; maintenant que les capitalistes ont définitivement renversé le New Deal et écrasé le syndrome du Vietnam, ce dont nous devons vraiment avoir peur ces jours-ci, c'est d'un État de sécurité nationale financé par de puissants psychopathes qui font semblant de reculer dans leurs bunkers alors qu'ils intensifient leurs attaques contre le la classe ouvrière.

Guerre? Quelle guerre ? Oh, Ceci Guerre!

Vous savez déjà que la science et la technologie sous le capitalisme ne sont pas un repas gratuit. Mais étiez-vous prêt pour le dessert ? Une publicité de Lockheed Martin en avril 2013 Scientific American nous informe laconiquement que quelque chose dont il est le fier propriétaire, appelé radar à synthèse d'ouverture (SAR), "a aidé à gagner la guerre froide" et "combat maintenant la faim".

La guerre fait tellement partie du nerf du capitalisme que la classe capitaliste ne peut pas facilement faire la distinction entre la guerre et la paix. La publicité évoque un écho inquiétant du classique de Stanley Kubrick Dr. Strangelove avec son air psychotique de nonchalance :

En 1951, un éclair d'inspiration permet de voir dans le noir. L'ingénieur de l'Arizona, Carl Wiley, avait inventé le radar à synthèse d'ouverture (SAR), et l'ère moderne de la reconnaissance avec lui. Fournissant des images détaillées du SR-71, il a laissé les adversaires américains de la guerre froide sans nulle part où se cacher. Aujourd'hui, SAR est un voyageur fréquent sur les satellites, les drones et les missions de la NASA. Il aide même les scientifiques à prévoir les rendements des cultures dans la lutte mondiale contre la faim. L'histoire de SAR est notre histoire.

Ceux d'entre nous qui ne souffrent pas de pourriture de la mémoire se rappelleront comment des entreprises comme General Electric ont fourni des matériaux stratégiques à l'allié du Nord-Vietnam, l'Union soviétique, au plus fort de la « guerre froide ». Mais Lockheed Martin, qui se vante de "100 ans d'accélération demain", ne remarque apparemment aucune différence importante entre la vraie guerre qui tue les gens et la guerre rhétorique imaginaire qui les nourrit. Pourvu qu'ils ne soient pas (encore), ou jusqu'à ce qu'ils ne soient plus, Nos ennemis. (Et, oh oui, n'oubliez pas le do-re-mi !) Lockheed a également des sentiments chaleureux à l'idée de travailler avec la NASA, démontrant ainsi une boussole dont le pointeur est complètement fou.

De même, les victimes des frappes de drones concéderont sûrement que laisser nos adversaires sans nulle part où se cacher dans les restes de la guerre contre le « terrorisme » d'aujourd'hui est un investissement malheureusement nécessaire. Pour paraphraser Leonid Brejnev dans un discours qu'il a prononcé dans les années 70, ceux qui profitent des machines de guerre Merci pour le Gros Bonus !

Avance rapide maintenant vers un monde sans capital, sans salaires, sans argent, sans pauvreté ni guerre et essayez de ne pas vous en vouloir d'avoir été un tel saint pendant toutes ces années stupides et gâchées.

La paix n'est pas non plus la réponse

"Si la guerre n'est pas la réponse", écrit Dianne Randall du Comité des amis sur la législation nationale dans un appel au soutien, "qu'est-ce que c'est?" Très bonne question. La réponse qu'elle y donne, malheureusement, est un peu boiteuse.

Vous voyez, favoriser une véritable sécurité - pour mettre fin à la pauvreté et à l'injustice qui alimentent la guerre - nécessitera davantage d'investissements dans la diplomatie, le développement et la coopération internationale. C'est notre défi commun, ce pour quoi FCNL travaille et pourquoi nous avons besoin de votre soutien pour mettre fin à tous les meurtres et effusions de sang insensés.

Eh bien, la guerre est bien réelle. Mais la pauvreté et l'injustice l'alimentent-elles ? L'idée que la guerre est politique par d'autres moyens suggère le contraire. Les États-Unis ne sont pas le premier pays à faire la guerre, et le capitalisme n'a pas inventé la guerre. Le degré élevé de socialisation sous le capitalisme, il est vrai, a exigé l'obtention de l'approbation ou de l'acquiescement de la classe ouvrière dans les politiques gouvernementales conçues pour faire avancer les intérêts du capital. Ces politiques impliquent souvent d'aller à la guerre, et depuis Bismarck, la classe ouvrière l'a achetée.

La guerre à l'époque moderne naît donc non pas de l'insécurité mais des intérêts du capital. Cela ne veut pas dire que les capitalistes ne trouvent pas non plus dans leur intérêt de favoriser l'anxiété et l'insécurité en général. Le capital lui-même crée la pauvreté et l'injustice, également par politique plutôt que par un motif aussi humain que la cupidité. Un ordre social dirigé par le capital est en fait totalement indifférent à des choses comme l'émotion humaine et entreprend de l'écraser avec un enthousiasme presque robotique. Visant à mettre fin à la pauvreté et à l'injustice sous le capitalisme exacerberait ces deux caractéristiques de la société capitaliste. Il n'y a pas non plus d'exemples dans l'histoire enregistrée de la fin de la guerre.

L'énoncé de mission de la FCNL (« Nous recherchons un monde sans guerre ni menace de guerre, une société équitable et juste pour tous, une communauté où le potentiel de chacun peut être réalisé, une terre restaurée ») n'est pas une possibilité réelle dans un monde qui chevauche encore le tigre capitaliste. Tous ces objectifs nécessitent une propriété commune des moyens de production et de distribution, et ce à l'échelle mondiale.

Mme Randall ne fait qu'exprimer une idée fausse très répandue, à savoir que les problèmes du capitalisme et de la civilisation en général sont en fin de compte des problèmes moraux. La pensée morale a émergé à la suite de l'apparition des classes économiques, et jusqu'à ce que la classe ouvrière et tous ceux qui veulent s'y joindre reconnaissent que le problème aujourd'hui est le capital, nous continuerons tous à vivre, comme le dit Randall, à une époque d'une grande anxiété. Ø

Photo de l'auteur
Auteur

Articles Relatifs

Inscrivez-vous
Notifier de
invité
Ce site utilise le plugin de vérification de l'utilisateur pour réduire le spam. Voir comment vos données de commentaires sont traitées.
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires