Accueil » L'alternative au capitalisme

L'alternative au capitalisme

Ce qui suit est le dernier chapitre du livre de 1986, State Capitalism: the Wages System Under New Management, co-écrit par Adam Buick et feu John Crump.

Si le capitalisme d'État n'est pas le socialisme, qu'est-ce que c'est ? En d'autres termes, si la propriété et la gestion de la production par l'État n'équivalaient pas à l'abolition du capitalisme mais seulement à un changement du cadre institutionnel dans lequel il opère, quelles seraient les caractéristiques essentielles d'une société dans laquelle le capitalisme aurait été aboli ?

Bien qu'il soit possible d'imaginer que le capitalisme puisse être remplacé par une nouvelle forme de société de classes dans laquelle un autre mode d'exploitation remplacerait le salariat, nous ne nous intéresserons ici qu'au remplacement du capitalisme par une société dont, pour rester délibérément vague pour le moment, l'exploitation et le privilège seraient absents.

Puisque le capitalisme est une société mondiale de classes et une économie d'échange, il est clair que l'alternative sans exploitation au capitalisme devrait être une société mondiale sans classes et sans échange.

Pas de classes, pas d'État, pas de frontières

La base de toute société est la façon dont ses membres sont organisés pour la production de richesse. Là où une partie de la société contrôle l'utilisation des moyens de production, on peut parler de société de classe. Le contrôle des moyens de production par une classe implique l'exclusion du reste de la société d'un tel contrôle, une exclusion qui dépend en définitive de l'usage réel ou menacé de la force physique. Un organe de coercition institutionnalisé, ou État, est donc une caractéristique de toutes les sociétés de classes et a fait historiquement son apparition pour la première fois avec la division de la société en classes.

Dans toutes les sociétés de classes, une partie de la population contrôle l'utilisation des moyens de production. Autrement dit, les membres de cette section ou classe sont propriétaires des moyens de production, car être en mesure de contrôler l'utilisation de quelque chose, c'est en être propriétaire, qu'il soit accompagné ou non d'un titre de propriété légal.

Il s'ensuit qu'une société sans classes est une société dans laquelle l'utilisation des moyens de production est contrôlée par tous les membres de la société sur un pied d'égalité, et pas seulement par une partie d'entre eux à l'exclusion des autres. Comme l'a dit James Burnham :

Qu'une société soit « sans classes » signifierait qu'au sein de la société il n'y aurait pas de groupe (à l'exception, peut-être, des corps délégués temporaires, librement élus par la communauté et toujours révocables) qui exercerait, en tant que groupe, aucune contrôle spécial de l'accès aux instruments de production; et aucun groupe ne bénéficiant, en tant que groupe, d'un traitement préférentiel dans la distribution. (Burnham, 1945, p. 55)

Dans une société sans classes, chaque membre est en mesure de participer, sur un pied d'égalité avec tous les autres membres, à la décision sur l'utilisation des moyens de production. Chaque membre de la société est socialement égal, se tenant exactement dans le même rapport aux moyens de production que tous les autres membres. De même, chaque membre de la société a accès aux fruits de la production sur un pied d'égalité.

Une fois que l'utilisation des moyens de production est sous le contrôle démocratique de tous les membres de la société, la propriété de classe est abolie. On peut encore dire que les moyens de production appartiennent à ceux qui contrôlent et profitent de leur utilisation, en l'occurrence à l'ensemble de la population organisée sur une base démocratique, et donc qu'ils leur appartiennent en commun. La propriété commune peut être définie comme :

Un état de fait dans lequel personne n'est exclu de la possibilité de contrôler, d'utiliser et de gérer les moyens de production, de distribution et de consommation. Chaque membre de la société peut acquérir la capacité, c'est-à-dire avoir la possibilité de réaliser une variété d'objectifs, par exemple, consommer ce qu'il veut, utiliser les moyens de production à des fins de travail socialement nécessaire ou inutile, administrer la production et la distribution, de planifier l'allocation des ressources et de prendre des décisions sur les objectifs collectifs à court et à long terme. La propriété commune renvoie alors à la capacité potentielle de chaque individu à bénéficier de la richesse de la société et à participer à son fonctionnement. (Bragard, 1981, p. 255 souligné dans l'original)

Pour autant, l'utilisation du mot propriété peut être trompeuse en ce qu'elle ne fait pas pleinement ressortir le fait que le transfert à tous les membres de la société du pouvoir de contrôler la production de richesse rend superflu le concept même de propriété. Avec la propriété commune, personne n'est exclu de la possibilité de contrôler ou de bénéficier de l'usage des moyens de production, de sorte que le concept de propriété au sens de possession exclusive n'a pas de sens : personne n'est exclu, il n'y a pas de non-propriétaires.

Nous pourrions inventer un nouveau terme tel que non-propriété et parler de la société alternative sans classes au capitalisme comme étant une société sans propriété, mais la même idée peut être exprimée sans néologisme si la propriété commune est comprise comme étant une relation sociale et non une forme de la propriété foncière. Cette égalité des rapports sociaux entre les êtres humains quant au contrôle de l'usage des moyens de production peut aussi bien être décrite par les termes de société sans classes et de contrôle démocratique que par la propriété commune puisque ces trois termes ne sont que des manières différentes de le décrire sous des angles différents. L'utilisation du terme propriété commune pour désigner la relation sociale fondamentale de la société alternative au capitalisme ne doit donc pas être interprétée comme impliquant que la propriété commune des moyens de production pourrait exister sans contrôle démocratique. La propriété commune signifie que le contrôle démocratique signifie une société sans classes.

Lorsque nous nous référons à la société basée sur la propriété commune, nous utiliserons généralement le terme socialisme, bien que nous n'ayons aucune objection à ce que d'autres utilisent le terme communisme puisque pour nous ces termes signifient exactement la même chose et sont interchangeables. Si nous avons opté pour le terme de socialisme, c'est pour montrer que nous rejetons résolument l'insertion léniniste d'une sorte de société de transition, appelée à tort socialisme, entre le capitalisme et son alternative sans classes, généralement appelée communisme. Pour nous, le socialisme est le communisme, puisque les deux termes décrivent la société qui suit immédiatement l'abolition du capitalisme.

La propriété commune ne doit pas être confondue avec la propriété d'État, car un organe de coercition, ou État, n'a pas sa place dans le socialisme. Une société de classes est une société avec un État parce que le contrôle sectoriel sur les moyens de production et l'exclusion du reste de la population ne peuvent s'affirmer sans coercition, et donc sans organe spécial pour exercer cette coercition. D'autre part, une société sans classes est une société sans État parce qu'un tel organe de coercition devient inutile dès que tous les membres de la société se trouvent dans le même rapport quant au contrôle de l'utilisation des moyens de production. L'existence d'un État comme instrument de contrôle politique de classe et de coercition est tout à fait incompatible avec l'existence du rapport social de propriété commune. La propriété d'État est une forme de propriété exclusive qui implique un rapport social totalement différent du socialisme.

Comme nous l'avons vu, la propriété commune est un rapport social d'égalité et de démocratie qui rend superflu le concept de propriété car il n'y a plus de non-propriétaires exclus. La propriété de l'État, d'autre part, présuppose l'existence d'un appareil gouvernemental, d'un système juridique, de forces armées et des autres caractéristiques d'un organe institutionnalisé de coercition. Les moyens de production appartenant à l'État appartiennent à une institution qui affronte les membres de la société, les contraint et les domine, à la fois en tant qu'individus et en tant que collectivité. Sous la propriété de l'État, la réponse à la question qui possède les moyens de production ? n'est pas tout le monde ou personne comme avec la propriété commune ; c'est l'état. En d'autres termes, lorsqu'un État possède les moyens de production, les membres de la société restent non propriétaires, exclus du contrôle. Juridiquement et socialement, les moyens de production n'appartiennent pas à eux, mais à l'État, qui se dresse comme un pouvoir indépendant entre eux et les moyens de production.

L'État, cependant, n'est pas une abstraction flottant au-dessus de la société et de ses membres ; c'est une institution sociale, et, en tant que telle, un groupe d'êtres humains, une section de la société, organisée d'une manière particulière. C'est pourquoi, à proprement parler, nous aurions dû écrire plus haut que l'État affronte la plupart des membres de la société et exclut la plupart d'entre eux du contrôle des moyens de production. Car partout où il y a un État, il y a toujours un groupe d'êtres humains qui entretiennent avec lui un rapport différent de celui de la plupart des membres de la société : non pas en tant que dominés, ni en tant qu'exclus, mais en tant que dominants et exclus. Sous la propriété de l'État, ce groupe contrôle l'utilisation des moyens de production à l'exclusion des autres membres de la société. En ce sens, elle est propriétaire des moyens de production, qu'ils soient ou non formellement et légalement reconnus.

Une autre raison pour laquelle la propriété d'État et le socialisme sont incompatibles est que l'État est une institution nationale qui exerce un contrôle politique sur une zone géographique limitée. Le capitalisme étant un système mondial, la pleine propriété étatique des moyens de production dans un espace politique donné ne peut représenter l'abolition du capitalisme, même au sein de cet espace. Ce que cela signifie, et cela a été l'un des thèmes majeurs de ce livre, c'est la mise en place d'une certaine forme de capitalisme d'État dont le mode de fonctionnement interne est conditionné par le fait qu'il doit concurrencer dans un contexte de marché mondial les autres capitaux. .

Puisqu'aujourd'hui le capitalisme est mondial, la société qui remplace le capitalisme ne peut être que mondiale. Le seul socialisme possible aujourd'hui est le socialisme mondial. Pas plus que le capitalisme, le socialisme ne peut exister dans un seul pays. Ainsi la propriété commune du socialisme est la propriété commune du monde, de ses ressources naturelles et industrielles, par l'ensemble de l'humanité. Le socialisme ne peut être qu'une société universelle dans laquelle tout ce qui est dans et sur la terre est devenu le patrimoine commun de toute l'humanité, et dans laquelle la division du monde en États a cédé la place à un monde sans frontières mais avec une administration mondiale démocratique. .

Pas d'échange, pas d'économie

Le socialisme, étant fondé sur la propriété commune des moyens de production par tous les membres de la société, n'est pas une économie d'échange. La production ne serait plus exploitée pour la vente en vue du profit comme sous le capitalisme. En fait, la production ne serait pas du tout destinée à la vente. Produire pour la vente serait un non-sens puisque la propriété commune des moyens de production signifie que ce qui est produit est la propriété commune de la société dès qu'il est produit. La question de la vente ne peut tout simplement pas se poser car, en tant qu'acte d'échange, celle-ci ne peut avoir lieu qu'entre propriétaires séparés. Pourtant, les propriétaires séparés de parties du produit social sont précisément ce qui n'existerait pas et ne pourrait pas exister dans une société où les moyens de production seraient possédés en commun.

Cependant, le socialisme est plus qu'une simple économie d'échange ; ce n'est pas du tout une économie, pas même une économie planifiée. L'économie, ou l'économie politique comme on l'appelait à l'origine, s'est développée comme l'étude des forces qui sont entrées en jeu lorsque le capitalisme, en tant que système de production marchande généralisée, a commencé à devenir le mode prédominant de production et de distribution de la richesse. La production de richesses sous le capitalisme, au lieu d'être une interaction directe entre les êtres humains et la nature, dans laquelle les humains changent de nature pour se procurer les choses utiles dont ils ont besoin pour vivre, devient un processus de production de richesses sous forme de valeur d'échange. Dans ce système, la production est régie par des forces qui opèrent indépendamment de la volonté humaine et qui s'imposent comme des lois coercitives externes lorsque les hommes et les femmes prennent des décisions concernant la production et la répartition des richesses. En d'autres termes, le processus social de production et de répartition des richesses devient sous le capitalisme une économie régie par des lois économiques et étudiée par une discipline particulière, l'économie.

Le socialisme n'est pas une économie, car, en rétablissant le contrôle humain conscient sur la production, il restituerait au processus social de production des richesses son caractère originel de simple interaction directe entre l'homme et la nature. La richesse dans le socialisme serait produite directement en tant que telle, c'est-à-dire en tant qu'articles utiles nécessaires à la survie et au plaisir de l'humanité ; les ressources et le travail seraient alloués à cette fin par des décisions conscientes, et non par l'application de lois économiques agissant avec la même force coercitive que les lois de la nature. Bien que leur effet soit similaire, les lois économiques qui entrent en vigueur dans une économie d'échange telle que le capitalisme ne sont pas des lois naturelles, puisqu'elles découlent d'un ensemble spécifique de relations sociales existant entre les êtres humains. En changeant ces relations sociales en plaçant la production sous un contrôle humain conscient, le socialisme abolirait ces lois et donc aussi l'économie en tant que domaine de l'activité humaine régi par leur fonctionnement. Par conséquent, le socialisme rendrait l'économie redondante.

Ce que nous disons, en effet, c'est que le terme d'économie d'échange est une tautologie dans la mesure où une économie n'existe que lorsque la richesse est produite pour l'échange. On comprend maintenant pourquoi le terme d'économie planifiée est inacceptable comme définition du socialisme. Le socialisme n'est pas la production planifiée de richesses comme valeur d'échange, ni la production planifiée de marchandises, ni l'accumulation planifiée de capital. C'est ce que veut être le capitalisme d'État. La planification est en effet au cœur de l'idée de socialisme, mais le socialisme est la production planifiée (consciemment coordonnée) de choses utiles pour satisfaire les besoins humains précisément au lieu de la production, planifiée ou non, de richesses en tant que valeur d'échange, marchandises et capital. Dans le socialisme, la richesse aurait simplement une valeur d'usage spécifique (qui serait différente dans différentes conditions et pour différents individus et groupes d'individus) mais elle n'aurait aucune valeur d'échange ou économique.

L'économie académique conventionnelle en Occident rejette la définition de l'économie comme l'étude des forces qui entrent en jeu lorsque la richesse est produite pour être échangée. Mais même sur la définition alternative qu'il propose que l'économie est l'étude de l'allocation de ressources rares pour répondre à certains besoins humains (1) le socialisme ne serait pas une économie. Car le socialisme présuppose que les ressources productives (matériaux, instruments de production, sources d'énergie) et les connaissances technologiques sont suffisantes pour permettre à la population mondiale de produire suffisamment de nourriture, de vêtements, d'abris et d'autres choses utiles, pour satisfaire tous leurs besoins matériels.

L'économie conventionnelle, tout en niant l'existence du potentiel d'un tel état d'abondance, admet néanmoins que si elle le faisait, cela signifierait la fin, non seulement de l'économie en tant que système d'allocation des ressources rares, mais aussi des biens ayant une valeur et un prix économiques. ; les biens deviendraient simplement des choses utiles produites pour que les êtres humains les prennent et les utilisent, tandis que l'économie, en tant qu'étude de la manière la plus rationnelle d'employer des ressources rares, céderait la place à l'étude de la meilleure façon d'utiliser au mieux des ressources abondantes pour produire des biens gratuits dans les quantités requises. pour satisfaire les besoins humains (2). De manière significative, les idéologues du capitalisme d'État adoptent une position fondamentalement similaire : si l'abondance existait, la valeur, les prix, la monnaie, les marchés et les salaires pourraient être abolis, mais, puisque l'abondance n'existe pas encore et ne pourrait pas exister avant un temps considérable, toutes ces catégories de capitalisme doivent perdurer (3).

En ce qui concerne l'économie académique en Occident, cette question n'est pas vraiment une question de fait mais de définition. La rareté est intégrée à son système théorique en ce qu'elle considère un facteur de production comme étant rare tant qu'il n'est pas disponible en quantité illimitée. Ainsi, pour elle, l'abondance ne peut être qu'un cas limite théorique, une situation où la terre, le capital et le travail étaient tous disponibles, littéralement, pour la prise, ce qui ne pourrait jamais exister en pratique, de sorte que par définition la rareté existerait toujours. Mais c'est une définition tout à fait déraisonnable à la fois de la rareté et de l'abondance. L'abondance n'est pas une situation où une quantité infinie de chaque bien pourrait être produite (Samuelson, 1980, p. 17). De même, la rareté n'est pas la situation qui existe en l'absence de cette impossible abondance totale ou pure. L'abondance est une situation où les ressources productives sont suffisantes pour produire suffisamment de richesses pour satisfaire les besoins humains, tandis que la rareté est une situation où les ressources productives sont insuffisantes à cette fin.

En tout état de cause, la valeur et ses catégories ne découlent pas de la rareté en tant que condition naturelle supposée ; elles naissent, comme nous l'avons vu, du fait social que les biens sont produits comme des marchandises. De même, le socialisme n'est pas un simple état d'abondance ; c'est une condition sociale plutôt que physique ou technique. C'est l'ensemble des rapports sociaux correspondant à une société sans classes, c'est-à-dire à une société dans laquelle chaque membre se trouve dans la même position quant au contrôle et au bénéfice de l'usage des moyens de production de richesse. L'instauration d'une société sans classes signifie la fin du rapport travail salarié/capital qui est le rapport social de base de la société capitaliste. La relation de salaire (ou d'emploi) exprime le fait que le contrôle sur l'utilisation des moyens de production est exercé par une partie seulement de la société. C'est un rapport entre deux classes sociales, qui suppose une division de la société entre ceux qui contrôlent l'accès aux moyens de production et ceux qui en sont exclus et sont obligés de vivre en vendant leur capacité de travail. Puisque l'existence même du travail salarié (l'emploi) implique une classe de propriétaires et une classe de non-propriétaires des moyens de production, aucune société dans laquelle la forme prédominante d'activité productive continue d'être le travail salarié ne peut être considérée comme socialiste.

Dans la société socialiste, l'activité productive prendrait la forme d'une activité librement choisie et entreprise par les êtres humains en vue de produire les choses dont ils ont besoin pour vivre et profiter de la vie. Le travail productif nécessaire de la société ne serait pas effectué par une classe de salariés salariés mais par tous les membres de la société, chacun selon ses compétences et capacités particulières, coopérant pour produire les choses nécessaires pour satisfaire leurs besoins à la fois en tant qu'individus et en tant que communautés. Le travail dans la société socialiste ne pouvait être que volontaire puisqu'il n'y aurait aucun groupe ou organe en mesure de forcer les gens à travailler contre leur volonté.

La production socialiste serait une production uniquement destinée à l'usage. Les produits seraient librement accessibles aux personnes, qui les prendraient et les utiliseraient pour satisfaire leurs besoins. Dans le socialisme, les gens obtiendraient la nourriture, les vêtements et autres articles dont ils avaient besoin pour leur consommation personnelle en se rendant dans un centre de distribution et en prenant ce dont ils avaient besoin sans avoir à remettre ni argent ni bons de consommation. Les maisons et les appartements seraient gratuits, le chauffage, l'éclairage et l'eau étant fournis gratuitement. Les transports, les communications, les soins de santé, l'éducation, les restaurants et les blanchisseries seraient organisés en services publics gratuits. Il n'y aurait aucun droit d'entrée dans les théâtres, cinémas, musées, parcs, bibliothèques et autres lieux de divertissement et de loisirs. Le meilleur terme pour décrire cette relation sociale clé de la société socialiste est le libre accès, car il souligne le fait que dans le socialisme, ce serait l'individu qui déciderait de ses besoins individuels. Quant aux besoins collectifs (écoles, hôpitaux, théâtres, bibliothèques, etc.), ils pourraient être décidés par les groupes d'individus concernés, en utilisant les divers organes représentatifs démocratiques qu'ils créeraient aux différents niveaux de la société socialiste. Ainsi, la production dans le socialisme serait la production de biens gratuits pour répondre à des besoins auto-définis, à la fois individuels et collectifs.

Calcul en nature

Sous le capitalisme, la richesse est produite pour la vente, de sorte que certains éléments de la richesse (biens produits par le travail humain, choses utiles) deviennent des marchandises qui ont une valeur d'échange. En effet, ce n'est qu'en tant que valeur d'échange que la richesse a une signification pour le fonctionnement du capitalisme ; tous les millions de différentes sortes de choses utiles produites par le travail humain sont réduites à un dénominateur commun leur valeur économique basée finalement sur le temps de travail moyen nécessaire pour les produire du début à la fin, dont l'argent est la mesure. Cela permet de les comparer et de les échanger par référence à une norme objective commune et permet également de faire les calculs nécessaires à une économie d'échange dans une unité commune.

Avec le remplacement de l'échange par la propriété commune, ce qui se passerait fondamentalement, c'est que la richesse cesserait de prendre la forme de valeur d'échange, de sorte que toutes les expressions de ce rapport social propre à une économie d'échange, telles que la monnaie et les prix, disparaîtraient automatiquement. En d'autres termes, les biens cesseraient d'avoir une valeur économique et deviendraient simplement des objets physiques que les êtres humains pourraient utiliser pour satisfaire tel ou tel besoin. Cela ne signifie pas que les biens n'auraient plus aucune valeur ; au contraire, ils continueraient à avoir la capacité physique de satisfaire les besoins humains. La soi-disant valeur économique que les biens acquièrent dans une économie d'échange n'a rien à voir avec leur valeur d'usage réelle en tant que moyen de satisfaire des besoins, puisque la valeur d'un bien pour les êtres humains, c'est-à-dire sa capacité à satisfaire certains besoins, n'a jamais supporté aucune relation avec le temps pris pour le produire. Dans le socialisme, les biens cesseraient d'être des marchandises mais ils resteraient des valeurs d'usage ; en effet, avec la perte de leur valeur économique inutile, leur importance en tant que valeurs d'usage serait renforcée, car ce serait la seule raison pour laquelle ils ont été produits.

La disparition de la valeur économique signifierait la fin du calcul économique au sens du calcul en unités de valeur, qu'elles soient mesurées en monnaie ou directement en une unité de temps de travail. Cela signifierait qu'il n'y aurait plus d'unité de calcul commune pour prendre des décisions concernant la production de biens. Cela a souvent été considéré comme un argument puissant contre le socialisme en tant que société sans argent, si puissant en fait que lorsqu'il a été exprimé pour la première fois de manière systématique par Ludwig von Mises en 1920 (Hayek et al., 1935, pp. 87-130) elle a conduit de nombreux marxistes autoproclamés, dont Karl Kautsky, à abandonner finalement la définition du socialisme comme une société sans valeur (et donc, en fait, à reconnaître qu'ils avaient toujours défendu le capitalisme d'État plutôt que le socialisme)(4) et d'autres à élaborer des schémas compliqués pour utiliser le temps de travail comme unité de compte commune dans le socialisme (GIC, 1930 ; Pannekoek, 1970, pp.23-9). Un seul participant à la discussion, Otto Neurath, un universitaire en marge du mouvement social-démocrate allemand, a souligné que le socialisme, en tant que société sans argent dans laquelle les valeurs d'usage seraient produites à partir d'autres valeurs d'usage, n'aurait pas besoin d'unité de compte universelle. mais pouvait calculer exclusivement en nature(5).

Le calcul en nature est un aspect essentiel de la production de biens dans toute société, y compris le capitalisme. Une marchandise est, comme nous l'avons vu, un bien qui, du fait d'être produit pour la vente, a acquis, en plus de sa valeur d'usage physique, une valeur d'échange socialement déterminée. De même, le processus de production sous le capitalisme est à la fois un processus de production de valeurs d'échange et un processus de production de valeurs d'usage, impliquant deux types différents de calcul. Pour les premiers, l'unité de calcul est la monnaie, mais pour les seconds, il n'y a pas d'unité unique mais toute une série d'unités différentes pour mesurer la quantité et la qualité de biens spécifiques utilisés dans le processus de production d'autres biens spécifiques (tonnes d'acier, kilowattheures d'électricité, heures-personnes de travail, etc.). La disparition du calcul économique ou de la valeur dans le socialisme n'entraînerait nullement la disparition de tout calcul rationnel, puisque les calculs en nature liés à la production de quantités spécifiques de biens en tant que valeurs d'usage physique continueraient.

Il s'agirait de la fin de la subordination du choix des valeurs d'usage à produire et des moyens techniques à employer pour échanger des considérations de valeur. En particulier, le but de la production cesserait d'être de maximiser la différence entre la valeur d'échange des biens utilisés dans le processus de production et la valeur d'échange du produit final.

Un critique du socialisme en tant que société sans argent, l'universitaire néerlandais et ancien ministre, NG Pierson, écrivant en 1902 en réponse au discours de Kautsky Le jour après la révolution sociale (Kautsky, 1902), soutenait que, sans l'unité de compte commune représentée par la valeur mesurée par l'argent, la société socialiste serait incapable de calculer son revenu net :

Nous allons maintenant discuter de la répartition des revenus et nous supposerons qu'elle s'effectue selon la méthode la plus avancée, celle du communisme. Nous découvrons aussitôt un problème de valeur au sens strict du terme. Qu'est-ce qui doit être considéré comme un revenu, et qu'est-ce qui entre donc en ligne de compte lors de l'examen de la division ? Naturellement uniquement le revenu net ; mais le revenu de l'Etat socialiste sera aussi un revenu brut. Des matières premières seront nécessaires pour les marchandises qu'elle fabrique, et au cours de la fabrication du carburant et d'autres choses seront consommées et les machines et les outils seront totalement ou partiellement usés. Le bétail qui a été élevé aura consommé du fourrage. Pour calculer son revenu net, la société communiste devrait donc soustraire tout cela du produit brut. Mais on ne peut pas soustraire le coton, le charbon et la dépréciation des machines aux fils et aux textiles, on ne peut pas soustraire le fourrage aux bêtes. On ne peut que soustraire la valeur de l'un de la valeur de l'autre. Ainsi, sans évaluation ou estimation, l'État communiste est incapable de décider quel revenu net est disponible pour le partage. (Hayek et al, 1935, p. 70)

Pierson avait raison : sans valeur économique et sans monnaie, il serait impossible de calculer le revenu net, mais ceci, étant donné que la différence entre le montant de la valeur d'échange existant à la fin et au début d'une année est un calcul qui serait tout à fait inutile, en effet. parfaitement vide de sens, dans le socialisme. Le but de la production dans le socialisme étant de produire des valeurs d'usage concrètes pour satisfaire les besoins humains, tout ce qui pourrait intéresser la société socialiste à la fin d'une année serait de savoir si des quantités spécifiques de biens spécifiques avaient été produites au cours de cette période. Pour vérifier cela, il n'y aurait pas besoin de réduire (pour continuer avec les exemples de Pierson) le coton, le charbon, les machines, les fils, les textiles, le fourrage et les bêtes, à une unité commune ; au contraire, c'est précisément dans leurs formes physiques concrètes de coton, de charbon, etc., que la société socialiste s'intéresserait à ces biens et voudrait les compter.

La société socialiste n'a pas besoin de calculs de valeur tels que le revenu net, le revenu national, le produit national brut et d'autres abstractions similaires obtenues en ignorant les valeurs d'usage concrètes des biens spécifiques produits au cours d'une période donnée. En effet, le socialisme implique précisément la libération de la production de sa subordination à ces considérations de valeur d'échange. Le but de la production dans le socialisme n'est pas de maximiser le revenu national ou le PNB ou la croissance (des valeurs d'échange), qui sont des concepts sans signification pour lui, mais de produire les quantités et les types spécifiques de valeurs d'usage que les gens avaient indiqué qu'ils voulaient satisfaire leurs besoins. . Les calculs nécessaires à l'organisation et à la vérification seraient des calculs en nature et ne nécessiteraient aucune unité de mesure universelle.

De même, au niveau de l'unité productive individuelle ou de l'industrie, les seuls calculs qui seraient nécessaires dans le socialisme seraient des calculs en nature. D'un côté seraient enregistrées les ressources (matériaux, énergie, équipement, main-d'œuvre) utilisées dans la production et de l'autre la quantité de biens produits, ainsi que les éventuels sous-produits. Ceci, bien sûr, se fait sous le capitalisme mais il est doublé par un calcul de valeur d'échange : la valeur d'échange des ressources consommées est enregistrée comme coût de production tandis que la valeur d'échange de la production (après qu'elle a été réalisée sur le marché ) est enregistré en tant que reçu de vente. Si ce dernier est supérieur au premier, alors un profit a été réalisé ; s'il est inférieur, une perte est enregistrée. Une telle comptabilité des profits et pertes n'a pas sa place dans le socialisme et serait, une fois de plus, tout à fait dénuée de sens. La production socialiste n'est rien d'autre que la production de valeurs d'usage à partir de valeurs d'usage.

Même si l'existence du socialisme présuppose des conditions d'abondance (c'est-à-dire lorsque les ressources dépassent les besoins), la société socialiste doit toujours se préoccuper d'utiliser les ressources de manière efficace et rationnelle, mais les critères d'efficacité et de rationalité ne sont pas les mêmes que sous le capitalisme.

Sous le capitalisme, il n'y a finalement qu'un seul critère : le coût monétaire, qui, en tant que mesure de la valeur économique, est finalement le reflet du temps moyen mis pour produire un bien du début à la fin. Les dirigeants des entreprises capitalistes sont contraints par le fonctionnement du marché de choisir les modes techniques de production les moins chers, c'est-à-dire qui minimisent le temps de production et donc le coût monétaire. Toutes les autres considérations sont subordonnées, notamment la santé et le bien-être des producteurs et les effets sur le milieu naturel. De nombreux commentateurs pointent depuis longtemps les effets néfastes que les méthodes de production visant à minimiser le temps de production ont sur les producteurs (accélération, douleur, stress, accidents, ennui, surmenage, longues heures, travail posté, travail de nuit, etc., autant d'effets néfastes leur santé et réduisent leur bien-être), tandis que plus récemment les scientifiques ont documenté les dommages que ces modes de production causent à la nature (pollution, destruction de l'environnement et de la faune, épuisement des ressources non renouvelables).

Le socialisme, en tant que société tournée vers la production de valeurs d'usage et non de valeur d'échange, tiendrait compte de ces autres considérations et subordonnerait le choix des modes de production au bien-être des êtres humains et à la protection de leur environnement naturel. Sans aucun doute, cela conduirait dans de nombreux cas à l'adoption de méthodes de production qui, selon les normes capitalistes, seraient inefficaces et irrationnelles en ce sens que si elles étaient adoptées sous le capitalisme, elles coûteraient plus cher et seraient donc non rentables. C'est pourquoi de telles méthodes ne sont pas adoptées sous le capitalisme, où c'est la valeur d'échange et non la valeur d'usage qui compte, et pourquoi le capitalisme devrait être remplacé par le socialisme si l'objectif initial de la production comme moyen de servir et d'améliorer le bien-être humain devait être être restauré.

Dans le socialisme, les hommes et les femmes dans les diverses industries et unités de production individuelles auraient la responsabilité de produire des quantités données d'un bien particulier selon une norme particulière, chercheraient à minimiser (idéalement à éliminer) les dommages causés à la santé et au bien-être des êtres humains et à l'environnement. Comme il y aurait ainsi un objet clair et des contraintes clairement définies, les industries et les unités productives pourraient utiliser des aides mathématiques à la décision telles que la recherche opérationnelle et la programmation linéaire pour trouver la méthode technique de production la plus appropriée à employer. En tant que techniques neutres, elles peuvent toujours être utilisées lorsque l'objet est autre chose que la maximisation du profit ou la minimisation des coûts monétaires.

En ce qui concerne les décisions impliquant des choix de nature générale, telles que les formes d'énergie à utiliser, lequel des deux ou plusieurs matériaux utiliser pour produire un bien particulier, si et où construire une nouvelle usine, il existe une autre technique déjà utilisée sous capitalisme qui pourrait être adapté pour être utilisé dans le socialisme : l'analyse dite coûts-avantages et ses variantes. Naturellement, sous le capitalisme, le bilan des avantages et des inconvénients pertinents d'un régime particulier ou de régimes rivaux est établi en termes monétaires, mais dans le socialisme, un système de points pour attribuer une importance relative aux diverses considérations pertinentes pourrait être utilisé à la place. Les points attribués à ces considérations seraient subjectifs, en ce sens que cela dépendrait d'une décision sociale délibérée plutôt que d'une norme objective, mais c'est le cas même sous le capitalisme lorsqu'une valeur monétaire doit être attribuée à un tel coût ou avantage que le bruit ou les accidents. De plus, dans la mesure où la monnaie est une mesure objective, ce qu'elle mesure, c'est le temps de production à l'exclusion de tout autre facteur. Dans le sens où l'un des buts du socialisme est précisément de sauver l'humanité de la fixation capitaliste sur le temps/l'argent de production, les analyses de type coûts-bénéfices, comme moyen de prendre en compte d'autres facteurs, pourraient donc être considérées comme plus appropriées pour utiliser dans le socialisme que sous le capitalisme. Utiliser des systèmes de points pour attribuer une importance relative de cette manière ne reviendrait pas à recréer une unité universelle d'évaluation et de calcul, mais simplement à employer une technique pour faciliter la prise de décision dans des cas concrets particuliers. Les avantages/inconvénients et même les points qui leur sont attribués peuvent, et devraient normalement, différer d'un cas à l'autre. Il ne s'agit donc pas d'une nouvelle unité de mesure universelle abstraite pour remplacer l'argent et la valeur économique, mais d'une technique parmi d'autres pour parvenir à des décisions rationnelles dans une société où le critère de la rationalité est le bien-être humain.

Planification et organisation industrielle

Le socialisme hériterait du capitalisme la base matérielle existante : un réseau productif mondial complexe reliant tous les millions d'unités productives individuelles dans le monde (fermes, mines, usines, chemins de fer, navires, etc.) en un système unique. Les liens dont nous parlons sont physiques dans le sens où une unité est liée à une autre soit en tant qu'utilisateur physique du produit de l'autre, soit en tant que fournisseur physique de ses matériaux, de son énergie ou de son équipement. Sous le capitalisme, ces liens sont établis de deux manières : organisationnelle (comme entre différentes unités productives faisant partie d'une même entreprise privée ou d'État) et, surtout, commerciale (comme lorsqu'une entreprise s'engage à acheter quelque chose ou à vendre quelque chose). une autre entreprise). Dans le socialisme, les liens seraient exclusivement organisationnels.

La planification dans le socialisme est essentiellement une question d'organisation industrielle, d'organisation d'unités productives en un système productif fonctionnant harmonieusement pour fournir les choses utiles dont les gens ont indiqué qu'ils avaient besoin, à la fois pour leur consommation individuelle et pour leur consommation collective. Ce que le socialisme établirait serait un réseau rationalisé de liens planifiés entre utilisateurs et fournisseurs ; entre les utilisateurs finaux et leurs fournisseurs immédiats, entre ces derniers et leurs fournisseurs, et ainsi de suite jusqu'à ceux qui extraient les matières premières de la nature.

Par organisation industrielle, nous entendons la structure d'organisation de la production et de la répartition effectives des richesses. Certaines activités, telles que les transports et les communications intercontinentaux, l'extraction du pétrole et de certaines autres matières premières essentielles, la valorisation des ressources des océans et la recherche spatiale, sont manifestement mieux traitées au niveau mondial, et on peut imaginer qu'elles soient organisées par un Organisation mondiale des transports, un Conseil mondial des matières premières, un Régime océanique mondial, etc. Pour commencer, et en supposant (ce qui semble probable) que le socialisme hériterait du capitalisme un problème de faim dans le monde, la production de certaines denrées alimentaires et aliments pour animaux essentiels pourrait également avoir besoin d'être organisée au niveau mondial ; il existe déjà au sein de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) un organisme mondial qui pourrait facilement être adapté à cette fin.

Il faudrait un centre administratif et décisionnel au niveau mondial, contrôlé démocratiquement par des délégués des différentes régions du monde socialiste (nous ne disons rien de la taille et des limites de ces régions puisque ces détails doivent être laissés aux membres de la société socialiste à mettre en place), dont la tâche fondamentale serait de coordonner les relations entre les organisations industrielles mondiales, entre celles-ci et les régions du monde, et entre les différentes régions du monde. Ce centre ne serait pas un gouvernement mondial puisque, comme nous l'avons déjà expliqué, il n'y aurait ni État ni gouvernement, même au niveau mondial, dans le socialisme. Il s'agirait d'un organe administratif et de coordination et ne serait pas doté de moyens de coercition.

D'autres industries, et en particulier la fabrication et la transformation, pourraient être organisées au niveau mondial-régional. Il ne sert à rien de dresser à l'avance le genre de plan détaillé d'organisation industrielle auquel s'étaient habitués les anciens IWW et les syndicalistes (malgré le nom prometteur d'Industrial Workers of the World, il s'agissait en fait de plans d'organisation industrielle dans un cadre national ), mais il est toujours raisonnable de supposer que l'activité productive serait divisée en branches et que la production de ces branches serait organisée par un organisme délégué. La responsabilité de ces industries serait d'assurer la fourniture d'un type particulier de produit soit, dans le cas des biens de consommation, aux centres de distribution, soit, dans le cas des biens utilisés pour produire d'autres biens, aux unités de production ou à d'autres industries.

Puisque les besoins des consommateurs sont toujours des besoins pour un produit spécifique à un moment précis dans une localité spécifique, nous supposerons que la société socialiste laisserait l'évaluation initiale des besoins probables à un organisme délégué sous le contrôle de la communauté locale (bien que, une fois encore une fois, d'autres arrangements sont possibles si c'était ce que voulaient les membres de la société socialiste). Dans une société stable comme le socialisme, les besoins changeraient relativement lentement. Il est donc raisonnable de supposer qu'un système efficace de contrôle des stocks, enregistrant ce que les individus ont effectivement choisi de prendre dans des conditions de libre accès depuis les centres de distribution locaux sur une période donnée, permettrait au comité local de distribution (faute de nom) d'estimer quels seraient les besoins en nourriture, en boisson, en vêtements et en articles ménagers au cours d'une période future similaire. Certains besoins pourraient être satisfaits localement : transports locaux, restaurants, constructeurs, réparations et certains aliments sont des exemples ainsi que des services tels que l'éclairage public, les bibliothèques et la collecte des ordures. Le comité local de distribution communiquerait alors les besoins qui ne pourraient être satisfaits localement à l'organisme (ou aux organismes) chargé(s) de coordonner l'approvisionnement des collectivités locales.

Une fois établie une telle structure intégrée de circuits de production et de distribution aux niveaux local, régional et mondial, le flux de richesse vers le consommateur final pourrait s'effectuer sur la base du libre accès de chaque unité de la structure à ce qui est nécessaire pour remplir son rôle. L'individu aurait libre accès aux marchandises sur les étagères des centres de distribution locaux; les centres de distribution locaux ont libre accès aux marchandises dont ils ont besoin pour être toujours approvisionnés de manière adéquate avec ce dont les gens ont besoin ; leurs fournisseurs ont librement accès aux marchandises qu'ils demandent aux usines qui les fournissent ; les industries et les usines ont librement accès aux matériaux, aux équipements et à l'énergie dont elles ont besoin pour produire leurs produits ; etc.

La production et la distribution dans le socialisme seraient donc une question d'organisation d'un système coordonné et plus ou moins autorégulateur de liens entre les utilisateurs et les fournisseurs, permettant aux ressources et aux matériaux de circuler sans heurt d'une unité de production à une autre, et finalement à l'utilisateur final, en réponse à des informations circulant en sens inverse en provenance des utilisateurs finaux. Le système productif serait ainsi mis en mouvement du côté des consommateurs, à mesure que les individus et les communautés prendraient des mesures pour satisfaire leurs besoins auto-définis. La production socialiste est une production autorégulée pour l'usage.

Pour assurer le bon fonctionnement du système, un bureau central des statistiques serait nécessaire pour fournir des estimations de ce qui devrait être produit pour répondre aux besoins individuels et collectifs probables des populations. Ceux-ci pourraient être calculés à la lumière des désirs des consommateurs tels qu'indiqués par les déclarations des comités locaux de distribution et des données techniques (capacité de production, méthodes de production, productivité, etc.) incorporées dans les tableaux d'entrées-sorties. Car, à un niveau technologique donné (reflété dans les tableaux entrées-sorties), un mélange donné de biens finaux (désirs des consommateurs) nécessite pour sa production un mélange donné de biens intermédiaires et de matières premières ; c'est cette dernière combinaison que le bureau central des statistiques calculerait en termes généraux. De tels calculs indiqueraient également s'il faudrait ou non accroître la capacité de production et dans quelles branches. Le centre (ou plutôt les centres de chaque région du monde) serait donc essentiellement un centre d'échange d'informations, traitant les informations qui lui sont communiquées sur la production et la distribution et transmettant les résultats aux industries pour qu'elles élaborent leurs plans de production afin d'être en mesure une position pour répondre aux demandes de leurs produits provenant d'autres industries et des communautés locales.

Impossibilité du Gradualisme

Les gouvernements de certains pays capitalistes d'État, en particulier ceux qui avaient le léninisme comme idéologie officielle, proclamaient comme objectif à long terme l'établissement d'une société qu'ils appellent communisme et qui, à première vue, ressemble à la société nous avons présenté comme l'alternative au capitalisme. Par exemple, lors de son 22e Congrès en 1961, le Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS) a adopté un programme pour la construction du communisme. L'un des nombreux livres et brochures produits pour vulgariser ce programme nous dit :

La distribution communiste est un système qui fournit gratuitement aux membres de la société tout ce dont ils ont besoin. Dans cette société, l'argent sera superflu. Sous le communisme, les biens de consommation, sans parler des biens d'équipement, cessent d'être des marchandises. Le commerce et l'argent se survivront. Les appartements, les équipements culturels, de communication et de transport, les repas, les blanchisseries, les vêtements, etc. seront tous gratuits. Les magasins et les boutiques seront transformés en entrepôts publics où les membres de la société communiste seront approvisionnés en marchandises à usage personnel. Le besoin de salaires et d'autres formes de rémunération disparaîtra. (Mans Dreams, 1966, p. 172 et 224)

La société décrite ici comme communisme doit donc être une société sans argent, mais cela implique qu'il pourrait encore y avoir un corps séparé des membres de la société qui leur distribuerait des biens à son initiative. En d'autres termes, cela implique que les moyens de production pourraient encore être contrôlés par un groupe minoritaire qui distribuerait des produits gratuitement à la majorité exclue et non contrôlante. Que ce soit le cas est confirmé par d'autres passages dans lesquels on nous dit que le communisme peut être établi dans un pays ou un groupe de pays et que le parti continuera d'exister pendant longtemps même après l'établissement du communisme sur un monde échelle (6). Surtout, il y a l'incongruité que ce système de distribution gratuite soit considéré comme évoluant progressivement par rapport au système capitaliste d'État actuel en Russie. Ce qui est envisagé, c'est une évolution graduelle, sous la direction du parti, d'une forme de capitalisme d'État dans lequel les travailleurs reçoivent un salaire en argent avec lequel ils achètent ce dont ils ont besoin à une forme de capitalisme d'État dans lequel ils seraient approvisionnés gratuitement. charge des nécessités de la vie, c'est-à-dire qu'elle serait en fait entièrement payée en nature.

Cette perspective d'un dépérissement progressif de la production marchande et de l'économie monétaire n'était pas soutenue par le PCUS seul, mais correspond à la vision léniniste générale de la manière dont la soi-disant transition du socialisme au communisme se produira. Mandel, par exemple, est allé dans les moindres détails pour montrer comment la démarchandisation serait économiquement possible en tant que série de mesures administratives introduites sur la base de la propriété de l'État, en réponse aux augmentations de la productivité et aux inélasticités de la demande du marché (Mandel, 1968, pp. 654-86). Une transition aussi progressive vers un paiement intégral en nature est peut-être théoriquement concevable (bien qu'à notre avis hautement improbable), mais en tout état de cause, le résultat final ne serait pas le socialisme, puisque le socialisme n'est pas un paiement en nature sur la base de la propriété de l'État ; le socialisme ne pouvait pas non plus être introduit administrativement par un gouvernement capitaliste d'État.

La définition du communisme comme propriété de l'État plus paiement en nature est partagée par presque tous ceux qui ont participé aux débats académiques sur le soi-disant communisme pur et sa faisabilité (Wiles, 1962 ; Sherman, 1970). En conséquence, la plupart des discussions qui ont suivi sont sans rapport avec le socialisme/communisme considéré comme une relation sociale dans laquelle tous les membres de la société se trouvent dans une position égale en ce qui concerne le contrôle de l'utilisation des moyens de production de richesse. Nous avons déjà vu qu'un système dans lequel les moyens de production sont la propriété d'un État n'est pas une société sans classes où tous les membres sont dans le même rapport aux moyens de production, mais une société de classes dans laquelle ceux qui contrôlent l'État une position privilégiée par rapport aux moyens de production, puisqu'ils en contrôlent l'usage à l'exclusion du reste de la société. C'est le cas même si, comme dans la théorie léniniste, ce groupe de contrôle doit être un parti d'avant-garde conçu comme voué à servir les intérêts de la majorité exclue. Tant qu'une partie de la société est exclue du contrôle des moyens de production, une société de classe existe, aussi généreuse ou bien intentionnée que soit considérée la classe dirigeante. C'est l'une des raisons pour lesquelles une évolution progressive de la propriété d'État (capitalisme d'État) à la propriété commune (socialisme) est impossible. Une telle évolution graduelle d'une société de classes à une société sans classes est impossible parce qu'à un moment donné il devrait y avoir une rupture qui priverait la classe dirigeante capitaliste d'État, qu'elle soit bien intentionnée ou, plus probablement, autrement, de son contrôle exclusif sur les moyens de production. Il devrait y avoir, en d'autres termes, une révolution politique et sociale dans laquelle le pouvoir de contrôler l'utilisation des moyens de production serait consciemment transféré par la majorité exclue de la classe capitaliste d'État minoritaire à tous les membres de la société.

Une raison tout aussi fondamentale pour laquelle une évolution graduelle du capitalisme d'État au socialisme est impossible est la différence dans la forme que prend la richesse dans les deux sociétés. Dans le socialisme, la richesse apparaît simplement sous sa forme naturelle (comme diverses valeurs d'usage capables de satisfaire les besoins humains), tandis que dans le capitalisme d'État, la richesse prend la forme de valeur (les biens ayant acquis une valeur d'échange en plus de leur valeur d'usage naturelle).

Comme la totalité de la richesse produite aujourd'hui est un produit unique produit par l'ensemble de la main-d'œuvre agissant en tant que travailleur collectif (Marx, 1919 (vol. I) pp. 383-4), certains biens ne peuvent être produits sous une forme et d'autres sous la même forme. autre. Le produit social qu'est la richesse aujourd'hui ne peut être produit que soit entièrement comme valeur, soit entièrement comme simple valeur d'usage. Certes, certains biens peuvent être directement distribués en nature alors que d'autres ne peuvent être obtenus que contre paiement en argent, mais ce n'est pas la même chose. Dans ce cas, les biens produits pour être distribués en nature seraient encore de la valeur dans la mesure où leurs coûts de production, c'est-à-dire la valeur d'échange utilisée pour les produire, devraient être payés sur la plus-value réalisée dans le secteur des biens tarifés. La comptabilisation des profits et pertes en unités de valeur serait encore nécessaire. C'est pourquoi tous les schémas tels que Mandels pour un dépérissement progressif de la production marchande insistent sur la nécessité de conserver une unité de compte universelle (qu'il s'agisse d'unités monétaires comme dans les divers schémas de prix fictifs ou d'unités de temps de travail comme tentative pour mesurer directement la valeur économique) à la fois dans le secteur des prix et dans le secteur des biens gratuits.

Le passage d'une production marchande à une production uniquement d'usage ne peut s'opérer que comme une rupture, non comme une transition graduelle. Puisque société sans classes et propriété commune sont synonymes, et puisque la production marchande est un non-sens sur la base de la propriété commune, cette rupture (révolution) est en fait la même que celle nécessaire pour passer de la société de classes à la société sans classes. Ni les classes, ni l'État, ni la production marchande, ni l'argent ne peuvent progressivement dépérir. Il n'est pas plus raisonnable de supposer que le capitalisme d'État pourrait se transformer progressivement en socialisme que l'hypothèse des réformistes classiques selon laquelle le capitalisme privé pourrait être ainsi transformé.

Conclusion

L'alternative au capitalisme en tant que société déjà existante à l'échelle mondiale est, pour le définir un peu négativement, un monde sans frontières, sans classes, sans État, sans salaire, sans argent. Ou, plus positivement :

Le nouveau système doit être mondial. Ce doit être une communauté mondiale. Le monde doit être considéré comme un seul pays et l'humanité comme un seul peuple.
• Tous les peuples coopéreront pour produire et distribuer tous les biens et services dont l'humanité a besoin, chacun, volontairement et librement, y participant de la manière qu'il estime pouvoir faire le mieux.
• Tous les biens et services seront produits pour être utilisés uniquement et, une fois produits, seront distribués, gratuitement, directement aux personnes afin que les besoins de chaque personne soient pleinement satisfaits.
• La terre, les usines, les machines, les mines, les routes, les chemins de fer, les navires et toutes ces choses dont l'humanité a besoin pour continuer à produire les moyens de la vie, appartiendront à l'ensemble du peuple. (Philoren, 1943 souligné dans l'original)

Les opinions peuvent légitimement diverger sur la faisabilité ou non d'une telle société. C'est une question distincte. Cependant, dans un souci de clarté, nous suggérons que ceux qui se présentent comme des critiques du capitalisme, mais qui considèrent que la société décrite ci-dessus n'est pas réalisable dans un avenir immédiat, devraient s'abstenir d'utiliser le terme socialisme pour désigner toute société dans laquelle l'argent , les salaires et l'État existent. Il existe déjà un terme parfaitement adéquat pour désigner une telle société, le capitalisme ou, selon le cas, le capitalisme d'État. Cela ne fait que brouiller les cartes en disant que le socialisme est autre chose qu'une république mondiale sans argent, sans salaire et sans État.

Notes

(1) Cela conduit à l'hypothèse de base que l'analyse économique fait sur le monde physique. On suppose que la caractéristique fondamentale du monde économique, la caractéristique qui donne lieu à tous les problèmes économiques, est que les biens sont rares. Très peu de choses dans le monde, à l'exception de l'air, de l'eau et (dans certains pays) du soleil, sont disponibles en quantités illimitées. C'est à cause de la rareté que les biens doivent être partagés entre les individus. Si la rareté n'existait pas, alors il n'y aurait pas de système économique et pas d'économie (Stonier et Hague, 1980, p. 3 en italique dans l'original).

(2) L'abondance supprime les conflits sur l'allocation des ressources puisque, par définition, il y en a assez pour tout le monde, et donc il n'y a pas de choix mutuellement exclusifs, aucune opportunité n'est abandonnée et il n'y a pas de coût d'opportunité. L'âge d'or, un état d'équilibre communiste, aura été atteint. Le changement progressif, la croissance, sera simple et indolore. La tâche de planification devient une simple routine ; le rôle de l'économie est pratiquement éliminé. Il n'y a alors aucune raison pour que divers individus et groupes se concurrencent, s'approprient pour leur propre usage ce qui est librement accessible à tous (Nove, 1983, p. 15). Il n'y aurait alors pas de biens économiques, c'est-à-dire de biens relativement rares ; et il n'y aurait guère besoin d'une étude d'économie ou d'économie. Tous les biens seraient des biens gratuits, comme l'air pur l'était autrefois (Samuelson, 1980, p. 17 souligné dans l'original).

(3) Les forces productives actuelles sont tout à fait insuffisantes pour assurer à l'ensemble de l'humanité un confort moderne (Mandel, 1968, p. 610). La nécessité d'une période de transition découle précisément du fait qu'au lendemain de l'abolition du capitalisme, la société vit encore dans une situation de pénurie relative de biens de consommation. La répartition des biens de consommation à l'époque de transition du capitalisme au socialisme doit donc s'effectuer essentiellement par l'échange, c'est-à-dire par l'achat et la vente. Les biens de consommation restent des marchandises. Hormis le salaire social, la force de travail est essentiellement payée en argent. Un énorme secteur monétaire continue donc d'exister dans l'économie (ibid., p. 632 souligné dans l'original).

(4) De la même manière, même si les gens devaient se limiter strictement à l'échange de produits naturels, l'existence de l'argent continuerait d'être indispensable dans une société socialiste comme mesure de la valeur à des fins comptables et pour le calcul des taux d'échange ( Kautsky, 1922, p. 318).

(5) . . . l'analyse économique, qui part de quantités, qui se mesurent différemment, et qui aboutit à des quantités, qui se mesurent différemment, ne peut jamais être réduite à un seul dénominateur commun, surtout pas au dénominateur commun travail (Neurath, 1925, p. 74).

(6) Il n'est pas impossible que le communisme se soit installé dans les pays socialistes avant que les pays capitalistes n'empruntent la voie socialiste (Mans Dreams, 1966, p. 227). Le Parti occupera longtemps la position dirigeante dans la société communiste, même si ses méthodes de travail, ses formes et sa structure se modifieront naturellement de manière substantielle. Le Parti, l'incarnation même de tout ce qui est progressiste et organisé, existera encore même dans les premières étapes du communisme, après sa victoire à l'échelle mondiale. Il faudra à la société communiste de nombreuses années, voire des décennies, avant que les nouveaux mécanismes soient pleinement développés et deviennent pleinement efficaces, avant que les conditions ne soient créées pour le dépérissement du Parti. Ce sera un processus long et graduel (ibid., p. 233).

Inscrivez-vous
Notifier de
invité
Ce site utilise le plugin de vérification de l'utilisateur pour réduire le spam. Voir comment vos données de commentaires sont traitées.
2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires