Plus
A propos

A propos

Un système mondial de société fondé sur la propriété commune et le contrôle démocratique des moyens de production et de distribution des richesses par et dans l'intérêt de l'ensemble de la communauté humaine.
A propos

Postes Récents

Newsletter

Notre attitude envers la religion

Le Mouvement Socialiste Mondial est opposé à la religion. Pourquoi donc?            

Il existe de nombreuses religions. Beaucoup d'autres existaient dans le passé. Ce qu'ils partagent est une croyance en un ou plusieurs êtres surnaturels puissants, généralement appelés dieux ou déesses, qui exigent que les êtres humains les vénèrent, les craignent, leur obéissent et les adorent.[1]  

Contrairement à la science, qui repose en principe sur l'observation, l'expérimentation et le raisonnement logique, la croyance religieuse repose sur foi aveugle en solo. Les théologiens peuvent essayer d'étayer la foi par le raisonnement, mais les conclusions auxquelles ils doivent parvenir sont fixées à l'avance. 

L'étude comparative des religions et de leur histoire conduit à la conclusion que les croyances religieuses sont des produits de l'esprit et de l'imagination humains. Ce ne sont pas les dieux qui ont créé l'être humain, mais les êtres humains qui ont créé les dieux.[2] 

Notre espèce ne peut espérer s'extirper de sa condition périlleuse actuelle sans s'engager dans une réflexion rationnelle à l'échelle la plus large possible. La religion est l'un des principaux obstacles à l'expansion de la pensée rationnelle.

La religion peut saper la confiance des gens dans leurs capacités individuelles et collectives. Cela détourne leur attention des problèmes matériels de la vie dans ce monde. 

La religion est l'une des principales forces qui divisent la classe ouvrière mondiale, dressant un groupe de travailleurs contre un autre. L'effet de division est accentué lorsque la religion se combine dans un mélange toxique avec le nationalisme - un phénomène observé ces derniers temps dans des pays aussi éloignés que les États-Unis et la Pologne (christianisme), Israël (judaïsme), l'Iran, l'Irak, l'Arabie et le Pakistan. (Islam), Inde (Hindouisme) et Myanmar et Sri Lanka (Bouddhisme).

De toutes ces manières et d'autres, la religion entrave la croissance de la classe ouvrière mondiale et de la conscience humaine et donc aussi du mouvement pour le socialisme mondial. 

Nous réalisons que la religion peut avoir des effets positifs aussi bien que négatifs sur la vie du croyant. D'une part, il enchaîne et humilie la personnalité humaine. Particulièrement nocive est la terreur inspirée par la peur du châtiment divin. D'autre part, les croyances religieuses sont souvent une source de réconfort et de consolation. Ils peuvent donner un but et un sens à une vie qui autrement semblerait chaotique, cruelle et absurde. Cependant, la participation à la lutte pour une société meilleure peut également apporter ces avantages. 

Ces mots de Marx sonnent toujours vrais aujourd'hui :

La souffrance religieuse est à la fois l'expression d'une souffrance réelle et une protestation contre la souffrance réelle. La religion est le soupir de la créature opprimée, le cœur d'un monde sans cœur et l'âme de conditions sans âme. C'est l'opium du peuple.

L'abolition de la religion comme bonheur illusoire du peuple est l'exigence de son vrai bonheur. Les appeler à renoncer à leurs illusions sur leur condition, c'est les appeler à renoncer à une condition qui nécessite des illusions.[3]

Si nous sommes opposés à la religion, nous sommes également opposés à toute persécution ou harcèlement de personnes en raison de leurs convictions religieuses ou philosophiques. Nous défendons la liberté totale de croyance et de pratique religieuse, sauf dans les cas où elle viole les droits de l'homme, en particulier les droits de l'enfant. Nous défendons la liberté de quitter et de rejoindre toute communauté religieuse en toute sécurité et la liberté d'exprimer publiquement en toute sécurité des opinions religieuses et antireligieuses. 

Notre critique de la religion ne s'applique pas à la croyance en l'existence d'un pouvoir cosmique impersonnel (déisme) ou d'une essence omniprésente (panthéisme) qui n'exige rien des êtres humains, même si un tel pouvoir s'appelle « Dieu ». Cela ne s'applique pas non plus aux croyances en «l'énergie spirituelle» ou à des pratiques inoffensives comme la «communion avec la nature». Nous ne considérons pas les croyances et pratiques de ce type comme étant religieuses et nous ne prenons aucune position sur leur valeur ou leur validité. 

Notes

[1] Dans certaines religions, comme le confucianisme, les esprits des ancêtres sont vénérés. Certaines religions exigent que Dieu soit aimé autant que craint. Beaucoup exigent l'accomplissement de rituels. Dans le passé, il était courant de faire des sacrifices aux dieux ; c'est plus rare aujourd'hui.    

[2] Voir : John Keracher, Comment les dieux ont été créés  (1929).

[3] De l'introduction à Une contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel  (1843).

Conditions générales | Politique de Confidentialité | Politique relative aux cookies | Politique de remboursement | Plan du site