Accueil » Blog » Nous sommes contre le réformisme, pas les réformes

Capitalisme, Mouvement ouvrier, Politique

Nous sommes contre le réformisme, pas les réformes

Vues : 1,102 XNUMX Les partis compagnons du Mouvement socialiste mondial ne prônent pas de réformes. Comme le titre l'indique sur la page d'accueil de ce site, le World Socialist…

by Parti socialiste mondial US

Publié le:

Actualisé:

4 min read

Les partis compagnons du Mouvement socialiste mondial ne prônent pas de réformes. Comme le titre l'indique sur la page d'accueil de ce site Web, le Parti socialiste mondial américain « représente le socialisme et rien que ». 

En adoptant cette position, nous allons à l'encontre de la sagesse dominante à gauche. Presque chaque groupe ou parti de gauche, tout en affirmant que son objectif ultime est le socialisme, propose également son propre programme de réformes pour améliorer la vie des travailleurs dans « l'ici et maintenant ». Nous ne faisons pas.

Aller à l'encontre des idées reçues conduit souvent à des malentendus. Alors d'abord clarifions ce que nous faisons ne sauraient  veux dire. 

Nous ne voulons pas dire que les réformes ne peuvent pas profiter aux travailleurs. Certains le sont sans doute. Par exemple, les travailleurs aux États-Unis sont plus précaires que les travailleurs au Canada et en Europe occidentale, qui bénéficient des « filets de sécurité » et des services de santé d'États-providence plus forts. 

Nous ne prétendons pas non plus que les réformes atténuent « l'esprit révolutionnaire » et rendent ainsi plus difficile la réalisation du socialisme. Si nous le croyions, nous devrions logiquement nous opposer aux réformes, mais nous ne le faisons pas. 

Nous ne rechignons pas nos compagnons de travail sur toute avancée qui leur facilite la vie, qu'elle soit obtenue en s'organisant en syndicats ou en exigeant des réformes. Nous comprenons l'envie de rechercher des améliorations au sein du capitalisme parce que nous ressentons nous aussi cette envie. 

En même temps, nous soulignons toujours les limites que l'environnement capitaliste plus large impose même aux réformes bénéfiques. Ainsi, le National Health Service en Grande-Bretagne doit s'appuyer sur des sociétés pharmaceutiques qui, à la recherche du profit, continuent de vendre des médicaments inefficaces et dangereux. Afin de réduire les coûts, des redevances ont été introduites pour des services initialement gratuits.

Érosion des réformes

Il existe une tendance générale pour les réformes à subir une telle érosion au fil du temps, à être partiellement ou même complètement inversées. C'est le but de toutes les mesures d'austérité qui ont été adoptées à travers le monde ces dernières années. Les réformateurs doivent mener une lutte constante pour défendre et restaurer des réformes érodées, travaillant dur juste pour rester au même endroit. C'est pourquoi nous parlons du « tapis roulant de la réforme ».

Si vous retracez l'histoire d'un problème social, vous constaterez peut-être que des améliorations ont finalement eu lieu. Mais rarement, voire jamais, le problème disparaît complètement, donc après un certain temps, il se développe à nouveau. Dans les années 1950, par exemple, les médicaments pour soigner la tuberculose sont finalement devenus largement disponibles et l'incidence de la maladie a fortement diminué. Pas, cependant, à zéro. La tuberculose a survécu parmi les vagabonds sans abri et les politiciens américains ont refusé de dépenser de l'argent pour leurs soins. En conséquence, la tuberculose a pu faire un retour sous des formes multirésistantes beaucoup plus difficiles à traiter. 

Depuis deux siècles, la classe ouvrière se bat pour des réformes. Surtout aux États-Unis et dans les pays sous-développés, les résultats ne sont pas impressionnants. Nous sommes toujours des esclaves salariés. Le capitalisme reste plus profondément enraciné que jamais. Est-il vraiment logique de s'en tenir à une stratégie qui ne fonctionne jamais ?

Supposons que vous êtes dans un bateau avec un trou dans le fond. Vous pouvez écoper l'eau pendant qu'elle continue de jaillir, ou vous pouvez trouver et boucher le trou et seulement ensuite commencer à écoper. Cela peut prendre un certain temps pour trouver le trou, mais à moins qu'il ne soit bouché, le niveau d'eau continuera à monter, quelle que soit la durée de votre écope. 

Deux Missions

Nous ne nous opposons pas aux réformes. Nous ne demandons pas aux gens de ne pas soutenir les campagnes de réformes qu'ils jugent utiles. Même nos propres membres sont libres de soutenir les demandes de réforme, à condition qu'ils ne le fassent pas au nom des partis du Mouvement socialiste mondial. 

En tant que parti politique, cependant, nous ne considérons pas que notre mission soit de préconiser des réformes. Il y a déjà plus qu'assez de partis avec des programmes de réforme. Quel besoin peut-il y avoir encore un autre? 

Nous nous sommes donné pour mission de pointer du doigt la source d'innombrables drames humains et de nous organiser pour l'éliminer. Qui d'autre fait ça ?   

Vous pouvez dire que ces deux missions sont dignes et demander si elles ne peuvent pas être combinées. Pourquoi ne pas prôner à la fois un programme de réformes immédiates et le socialisme ? Ne serait-ce pas la solution idéale au dilemme ?

C'est en fait l'approche adoptée par la plupart des partis qui se disaient « socialistes » ou « sociaux-démocrates » à la fin du 19th et au début 20th siècle – la période de la Deuxième Internationale. Dans la pratique, ces partis ont concentré la plupart de leurs efforts sur l'activité réformatrice, bien que l'on ait toujours fait semblant de défendre l'objectif socialiste lors des cérémonies.

Nous pensons que cela doit arriver. Supposons qu'un parti socialiste se lance dans une campagne pour obtenir de meilleurs logements, hôpitaux, écoles, etc. Très probablement, il incitera beaucoup de gens à se joindre. Mais sur quelle base auraient-ils adhéré ? Sur la base de ces slogans réformistes. Un tel parti socialiste finira par se composer principalement de membres qui ne s'intéressent qu'aux réformes.

Que se passe-t-il lorsqu'un tel parti est élu à un poste politique ? Il doit utiliser le pouvoir de l'État pour continuer à diriger le capitalisme. Il ne peut pas utiliser son contrôle de l'État pour abolir le capitalisme, car la plupart de ses propres membres, qui n'ont adhéré que pour des raisons réformistes, seraient opposés à une telle démarche. Elle devrait se borner à tenter de réformer le capitalisme sous peine de perdre ses membres. Au lieu de mettre fin à l'exploitation, cela ne ferait que modifier son apparence.

C'est le réformisme. Nous ne sommes pas contre les réformes, mais nous sommes contre le réformisme. Le réformisme n'est pas une voie qui mène au socialisme, comme l'espèrent les gauchistes et comme le craignent les conservateurs. C'est un obstacle qui bloque ce chemin.  

Un argument final

Un dernier point. Nous prévoyons que c'est précisément la propagation de la conscience socialiste qui se traduira par des réformes bénéficiant immédiatement à la classe ouvrière. La promotion du socialisme peut s'avérer être un moyen efficace d'obtenir des réformes, même si ce n'est pas son objectif principal. 

Les gouvernements ne se sentent pas menacés par des appels à agir sur des questions particulières, même si ces appels prennent la forme de manifestations de masse. Ils éprouvent un sentiment de pouvoir et de sécurité en sachant que les manifestants le reconnaissent comme l'arbitre suprême auquel tous les recours doivent être adressés. Tant que les gens ne protestent que sur des problèmes uniques, ils restent déterminés à soutenir le système dans son ensemble. 

Mais les gouvernements adopteront un point de vue très différent lorsque les gens l'affronteront non pas comme des suppliants plaidant pour telle ou telle réforme mais pour contester toute la base de la société. Les gouvernements essaieront alors d'acheter la conscience socialiste croissante en accordant beaucoup plus facilement des réformes. Pour endiguer la marée socialiste, les réformes désormais ridiculisées comme utopiques coûteront deux sous. 

Aujourd'hui, les partis « sociaux-démocrates » sont fermement attachés au capitalisme, à la fois en théorie et en pratique. Nous disons que c'était le résultat inévitable de l'admission des non-socialistes et de la promotion des réformes du capitalisme. Rien de moins que la demande d'un socialisme de libre accès complet ne va pas assez loin.

Comme William Morris l'a dit :

N'avez-vous pas entendu comment cela s'est passé pour de nombreuses causes jusqu'à présent : premièrement, peu d'hommes en tiennent compte ; Ensuite, la plupart des hommes la condamnent ; Enfin, tous les hommes l'ACCEPTENT — et la cause est gagnée.

Photo de l'auteur
Pour le socialisme et rien que ça.

Articles Relatifs

Politique

Le collège électoral : comment ça marche

Le Collège électoral est un engin archaïque conçu pour contrecarrer la volonté du peuple. Il est grand temps de l'abolir.

6 min read

Capitalisme, Classe, Environment, Poésie

Nouveau numéro d'Imagine

Notre parti compagnon au nord, le Parti socialiste du Canada, vient de publier le numéro de l'hiver 2021 de sa revue trimestrielle, Imagine.

1 min read

Capitalisme, Classe, Histoire, marxisme

Premier principe

Vues: 715 L'une des nombreuses choses que j'aime dans le Mouvement socialiste mondial, c'est depuis combien de temps il existe. Le Parti socialiste de Grande-Bretagne était...

3 min read

Politique, Socialisme

Bernie Sanders tire sa révérence

Vues: 545 Ayant acquis moins de délégués qu'Hillary Clinton aux primaires, Bernie Sanders l'a approuvée comme candidate démocrate à la présidence américaine dans le ...

2 min read
S'abonner
Notifier de
invité
Ce site utilise le plugin de vérification de l'utilisateur pour réduire le spam. Voir comment vos données de commentaires sont traitées.
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Partager à...