Accueil » Blog » Que se passe-t-il en Biélorussie ?

Histoire, Actualité, Politique

Que se passe-t-il en Biélorussie ?

Entretien avec Dmitry Kosmachev, membre du Cercle socialiste de Minsk, sur la situation en Biélorussie, les manifestations en cours et où elles peuvent mener.

by Stephen Shenfield

Publié le:

Actualisé:

8 min read

Entretien avec Dmitry Kosmachev, membre du Cercle socialiste de Minsk, sur la situation en Biélorussie, les manifestations en cours et où elles peuvent mener.

Stéphane Shenfield : Dans les années 1990, j'ai effectué des visites dans cinq des nouvelles républiques post-soviétiques – Russie, Ukraine, Biélorussie, Géorgie, Kazakhstan. J'ai eu l'impression que la situation des travailleurs en Biélorussie était relativement tolérable. Il n'y a qu'en Biélorussie que je n'ai trouvé aucune preuve de personnes engagées dans une lutte désespérée pour survivre. Le régime était autoritaire mais jouissait d'un large soutien. Il n'y avait pas de conflits ethniques graves.

Quelle était la précision de mon impression ? Et comment la situation a-t-elle évolué depuis ?

Dmitri Kosmachev : Vous avez parfaitement raison. Même aujourd'hui, les choses vont mieux ici en Biélorussie qu'ailleurs dans l'ex-Union soviétique. En Biélorussie, contrairement à la Russie et à d'autres républiques, la privatisation à grande échelle des usines, des terres et des fermes n'a pas eu lieu. L'industrie de l'ère soviétique n'a pas été démantelée et reste compétitive. Nos camions, tracteurs et autobus sont achetés non seulement par des États post-soviétiques, mais aussi par certains pays du tiers monde. Nous importons nos produits laitiers d'autres anciennes républiques soviétiques, et non de l'UE. Nous continuons même à exporter des vêtements et des chaussures vers d'autres anciennes républiques soviétiques, malgré l'omniprésence des importations chinoises bon marché.  

Cette situation se reflète dans notre structure sociale. D'une part, nous avons conservé une importante classe ouvrière industrielle. Et avec l'industrie restant entre les mains de l'État, la Biélorussie, contrairement à la Russie et à l'Ukraine, n'a pas d'« oligarques » – des capitalistes extrêmement riches qui influencent la politique et créent leurs propres partis. Les niveaux de criminalité et de corruption sont relativement faibles ici, en partie grâce à des mesures sévères. La peine de mort existe toujours en Biélorussie.  

SS: Diriez-vous alors que la Biélorussie a une société plus juste que la Russie et l'Ukraine ?

DK: Non, la prépondérance du capitalisme d'État au Bélarus n'en fait pas un État-providence. Par exemple, la Russie a une législation du travail plus progressiste que la nôtre. En Russie, il existe plusieurs fédérations syndicales alternatives, tandis que la Biélorussie n'a qu'un seul syndicat indépendant de l'État. Il a été créé et enregistré sous les prédécesseurs de Loukachenko. Au Bélarus, il est presque impossible de mener une grève dans le respect des exigences formelles du droit du travail. La législation russe exige qu'un employeur qui souhaite licencier un travailleur fournisse un préavis de deux semaines et une indemnité de licenciement de trois mois, tandis que la plupart des travailleurs biélorusses sont employés sur la base de contrats de travail à court terme, généralement annuels, de sorte qu'à la fin de l'année où ils peuvent être licenciés sans avantages, simplement en ne renouvelant pas leur contrat.

Il y a eu une privatisation partielle en Biélorussie. Les entreprises entièrement détenues par l'État ont été transformées en sociétés par actions dans lesquelles la majorité des actions sont détenues par l'État et une minorité par le directeur. Cela confère au dirigeant un intérêt financier dans la performance de l'entreprise, mais il reste dépendant de l'État et peut toujours être révoqué s'il est jugé déloyal.

SS: Comment la situation politique a-t-elle évolué depuis les années 1990 ? 

DK: Loukachenko avait un large soutien dans les années 1990. Il n'avait pas besoin de tricher pour gagner les élections. Les gens avaient peur de ce qui se passait en Russie et en Ukraine – la destruction de l'économie de l'ère soviétique, l'instabilité, la montée de la criminalité, la corruption. Au Bélarus, les entreprises industrielles ont continué à fonctionner. La criminalité était faible, comme je l'ai dit. 

A cette époque, l'opposition ne bénéficiait pas d'un large soutien. C'étaient des intellectuels nationalistes orientés vers la Pologne. Ils n'étaient pas non plus très honnêtes. À l'automne 2001, la blague suivante a fait le tour :

Qui a lancé l'attaque contre le World Trade Center ? L'opposition biélorusse, pour ne pas avoir à rendre compte des subventions reçues du gouvernement américain.

Lors de l'élection présidentielle de septembre 2001, Loukachenko inflige une cuisante défaite au candidat de l'opposition.

Mais comme on dit, « l'eau qui goutte érode la pierre ». Là a grandi une nouvelle génération de jeunes. Ils se sont souvent rendus en Pologne et en Lituanie – des pays qui ont des liens historiques étroits avec la Biélorussie – et ils y ont vu un niveau de liberté complètement différent. Pendant ce temps, Loukachenko commençait à ressembler à un dictateur latino-américain. Il a commencé à emmener son plus jeune fils Nikolai avec lui partout où il allait. Le garçon a maintenant 17 ans. Ceci, clairement, est notre Kim Jong Un.

Les manifestations qui ont suivi la victoire de Loukachenko à l'élection présidentielle de 2006, influencées par des manifestations similaires en Ukraine, ont montré qu'à ce moment-là, l'opposition avait acquis une base plus large. De nombreux étudiants auparavant « non politiques » y ont participé. Ils ont installé un camp de tentes sur la place Kalinovsky, l'une des places centrales de Minsk. Il est resté là deux semaines avant d'être brutalement démantelé par la police spéciale.

SS: Qu'est-ce qui a conduit aux protestations actuelles ? 

DK: L'élection présidentielle de 2020 a été minutieusement préparée. Les candidats potentiels que Loukachenko considérait comme de sérieux rivaux n'ont pas été autorisés à se présenter. Ainsi, il n'a pas autorisé l'enregistrement de Viktor Babariko, ancien président du conseil d'administration de la Belgazprombank (Belarus Gas Industry Bank), qui a des liens avec l'énorme compagnie gazière russe Gazprom. Le célèbre blogueur Sergei Tikhanovsky, qui avait également l'intention de se présenter, a été arrêté pour des accusations farfelues.

Pourtant, Loukachenko avait besoin d'un sparring-partner, d'un rival qu'il vaincra facilement. Il pensait qu'une femme serait une candidate faible - les hommes ne voteraient jamais pour elle - alors il a autorisé l'inscription de l'épouse de Sergei Tikhanovsky, Svetlana Tikhanovskaya. Mais il s'est avéré que les électeurs en avaient assez de Loukachenko et que la plupart étaient prêts à voter pour une femme. Le président et son équipe ont falsifié les résultats. Selon les chiffres officiels, Loukachenko a gagné avec 80% des voix. Mais la plupart des gens étaient plus enclins à croire l'affirmation de Tikhanovskaya selon laquelle elle avait gagné au moins 60 %. Elle a maintenant été autorisée à partir à l'étranger.

La falsification des résultats des élections a déclenché une explosion d'indignation publique sans précédent. 

SS: Comment les protestations actuelles se comparent-elles aux protestations du passé ? 

DK: Premièrement, ils sont beaucoup plus massifs. La manifestation à Minsk le 25 octobre a rassemblé 100,000 XNUMX personnes, ce qui est assez impressionnant pour une ville de deux millions d'habitants. Il y a eu des marches séparées d'étudiants et de femmes. 

Deuxièmement, ces manifestations se sont produites dans tout le pays, même dans les plus petites villes. Les manifestations passées se limitaient à la capitale.

Naturellement, ces manifestations de grande envergure et à l'échelle nationale ont une composition sociale plus large que les manifestations précédentes, dont les participants étaient principalement des étudiants, des gens du domaine des arts, des petits entrepreneurs et des travailleurs du secteur des technologies de l'information.

SS: Les manifestations ont-elles été accompagnées de grèves ? 

DK: En août, l'opposition a réussi à organiser un mouvement de grève national assez puissant. Ils ont réessayé fin octobre, après que Tikhanovskaya a appelé à la grève générale, mais cette fois ils ont échoué.  

SS: Lorsque vous mentionnez « l'opposition », je suppose que vous vous référez principalement au Front populaire biélorusse ?

DK: Non, non, vous vous souvenez du Front populaire biélorusse des années 1990, mais aujourd'hui cette organisation est quasiment inexistante. L'opposition est désormais représentée par d'autres structures. Depuis les années 90, il est devenu un peu moins nationaliste et plus pro-occidental et libéral. L'un des principaux points du programme économique du candidat présidentiel de l'opposition était la privatisation.  

SS: Y a-t-il une partie importante de la population qui soutient activement le régime ?

DK: Loukachenko a de nombreux partisans, mais leur soutien est de nature passive. Lorsqu'il a besoin de personnes pour assister à un rassemblement, il convoque des enseignants, des travailleurs des services publics et d'autres personnes qui dépendent de l'État pour leur subsistance. 

SS: Les socialistes libertaires doivent-ils soutenir le mouvement de protestation ? Quel est ton opinion?

DK: Mon avis est qu'ils ne devraient pas. Définitivement pas! Les socialistes anti-autoritaires libertaires ne devraient soutenir ni le dictateur ni les libéraux. 

Malheureusement, plusieurs autres groupes de « socialistes anti-autoritaires » autoproclamés prennent une part active à ces manifestations. C'est le cas des anarchistes, du Parti vert et du Parti de la gauche biélorusse « Monde juste » - d'anciens « communistes » qui s'opposent à Loukachenko et adhèrent à la plate-forme du Parti de la gauche européenne [une coalition de « communistes » et de « sociaux-démocrates ' dans les pays de l'UE–SS]. 

Une bande de quatre anarchistes a même tenté de déclencher une guérilla. Ils ont traversé illégalement la frontière ukrainienne avec des armes, ont commis plusieurs actes de sabotage et ont été arrêtés alors qu'ils tentaient de rentrer en Ukraine.     

SS: La situation politique en Biélorussie évolue dans le contexte de la pandémie mondiale de Covid-19. Y a-t-il un lien entre eux ? Comment la pandémie affecte-t-elle la Biélorussie ?

DK: Le nombre de personnes diagnostiquées avec Covid-19 en Biélorussie est de 106,000 91,000, dont 1,000 9.5 se sont rétablies. Environ XNUMX XNUMX sont morts. Pour un pays de XNUMX millions d'habitants, ce n'est pas catastrophique. 

Loukachenko a répondu à la menace du Covid-19 par des mesures beaucoup moins drastiques que celles adoptées en Russie et en Ukraine. Au cours du printemps et de l'été, aucune restriction n'a été imposée à l'activité économique. Le 9 mai, les autorités ont même organisé une compétition nationale de football et un défilé militaire pour marquer le 75th anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie. Les avions en provenance de l'étranger ont été autorisés à atterrir à l'aéroport, bien que les passagers aient dû s'isoler pendant deux semaines, tout comme les personnes qui avaient été en contact avec des patients atteints de Covid-19 à l'intérieur du pays. 

La réponse officielle relativement faible à la pandémie a peut-être contribué dans une moindre mesure aux protestations. De nombreuses personnes ont volontairement limité leurs contacts et porté des masques et des gants comme une sorte de défi aux autorités.

SS: La Russie est-elle impliquée d'une manière ou d'une autre dans la situation en Biélorussie ? 

DK: Loukachenko a généralement tenté de maintenir son indépendance en équilibrant entre la Russie et l'UE. Il y a des tensions dans sa relation avec Poutine. À la veille de l'élection présidentielle, il y a même eu un scandale avec l'arrestation de mercenaires russes qui, selon les autorités biélorusses, étaient venus à Minsk pour organiser un coup d'État armé contre Loukachenko. En fait, ils n'attendaient qu'un avion pour la Turquie pour s'envoler vers l'Afrique. Dans les aéroports russes, presque tous les vols étrangers ont été annulés en raison de la pandémie, tandis que la Biélorussie reste ouverte aux vols. 

Mais lorsque Loukachenko a fait face à des manifestations de masse, il a abandonné la rhétorique anti-russe et a couru demander de l'aide à Poutine. Et Poutine a accepté d'aider. Pas, cependant, en envoyant des troupes ou une police spéciale pour réprimer les manifestations, mais en envoyant des experts politiques – les soi-disant « technologues politiques » – pour relever la qualité épouvantable de la propagande du régime et améliorer la terrible image nationale et internationale de Loukachenko. Ce sont ces experts qu'il faut féliciter pour le fait que les programmes de propagande des chaînes de télévision étatiques se sont professionnalisés. L'espoir doit être que Loukachenko puisse tirer les leçons du système politique plus flexible de la Russie de Poutine, qui laisse la place à la dissidence « au sein du système » et est plus sélectif dans l'application de la répression. 

SS: Y a-t-il des pays en dehors de la Russie avec lesquels le régime biélorusse entretient de bonnes relations ?

DK: Loukachenko considère le régime Maduro au Venezuela comme un allié idéologique. Un monument a été érigé à Minsk en l'honneur de Simon Bolivar [le leader anticolonial qui a inspiré la « Révolution bolivarienne » du Venezuela – SS] et l'une des places de la ville a été renommée en son honneur. Les entreprises de construction biélorusses appartenant à l'État ont construit plusieurs blocs d'appartements à Caracas.  

SS: Parlez-nous du Cercle socialiste de Minsk. 

DK: Le Cercle socialiste de Minsk est un groupe de 30 à 40 professeurs et étudiants en sciences humaines dans les universités de Minsk. Il est né d'un cours facultatif de conférences sur l'histoire de la pensée socialiste donné à la Faculté de philosophie de l'Université d'État de Biélorussie en 2017 pour marquer le centenaire de la Révolution russe. Ceux d'entre nous qui ont commencé le cercle partageaient un besoin ressenti de trouver un nouveau modèle de société pour relancer le projet socialiste qui avait été discrédité par les bolcheviks. Nous organisons des séminaires, des réunions publiques et des discussions avec des représentants d'autres organisations de gauche.

SS: L'idée est donc de rendre les gens plus conscients des courants non bolcheviques dans l'histoire de la pensée socialiste, afin qu'ils fassent la distinction entre le bolchevisme et le socialisme en tant que tel - et ne jettent pas le bébé avec l'eau du bain.  

DK: Comme la Biélorussie faisait partie de l'empire russe et avant celui de la Pologne, son territoire a été le théâtre des activités de nombreux partis socialistes russes, polonais et juifs. 

SS: Droit. Ma grand-mère, qui était de Smorgon dans le coin nord-ouest de la Biélorussie, était dans le Bund socialiste juif. Mais qu'en est-il des socialistes biélorusses ? 

DK: Il y avait aussi des socialistes biélorusses, mais moins nombreux. Et c'est aussi en Biélorussie que sont nées les premières organisations anarchistes de l'Empire russe. Notre pays a donc une riche tradition de pensée socialiste - une tradition qui n'a jamais été complètement éradiquée ni pendant les longues années de l'Union soviétique ni sous la dictature de Loukachenko.

SS: Êtes-vous particulièrement inspiré par une tradition particulière non bolchevique ? 

DK: Oui, nous ressentons une affinité particulière avec ces socialistes non marxistes de l'empire tsariste qui étaient connus en russe sous le nom de narodniki. Il n'y a pas d'équivalent satisfaisant de ce terme en anglais. Cela vient du mot Narod, signifiant "le peuple", parce que le populistes croyait en 'aller vers le peuple.' Au 19th siècle, des milliers de jeunes instruits se rendirent dans les villages pour prêcher les idéaux du socialisme. Espérant gagner la confiance des paysans sans instruction, ils s'habillaient de vêtements simples et s'arrangeaient pour travailler comme artisans ruraux, médecins et enseignants. C'était le populistes qui a formé le Parti de la volonté du peuple et plus tard le Parti des révolutionnaires socialistes. 

Soit dit en passant, Sergei Stepnyak, aux funérailles de Londres duquel William Morris a prononcé l'un de ses derniers discours, était un populiste.    

SS: Ils ont aussi commis des actes de terreur, n'est-ce pas ? 

DK: Certains l'ont fait. C'est le Parti de la volonté du peuple qui a planifié et exécuté l'assassinat du tsar Alexandre II en 1881. Vous voyez, les premières tentatives pour « aller vers le peuple » ont échoué. Les paysans se méfiaient des étrangers des villes et les dénonçaient à la police. Cela a conduit certains populistes en Russie à recourir au terrorisme. Mais le populistes en Biélorussie ne l'a jamais fait. Il y avait un parti biélorusse distinct des révolutionnaires socialistes, dirigé par une enseignante - Poluta Bodunova, décédée dans le goulag stalinien. 

En tout cas, il n'y a plus un tel fossé entre les socialistes conscients et les travailleurs. La tradition « d'aller vers le peuple » peut encore nous servir de guide éthique.

SS: Combien de personnes touchez-vous ? 

DK: La participation à nos réunions s'est élevée à une centaine de personnes. Et des conférences sur le marxisme ou sur l'histoire du mouvement socialiste peuvent attirer des centaines de jeunes étudiants intéressés. Certes, ce n'est pas grand-chose en comparaison des foules de dizaines voire de centaines de milliers de personnes lors des meetings de masse de l'opposition libérale. Mais il y a quelques années à peine, une poignée de personnes venaient à nos réunions. 

C'est le bon moment pour la propagande socialiste. De plus en plus de gens sont déçus par l'opposition libérale. En même temps, ils se rendent compte que le régime de Loukachenko incarne toutes les pires caractéristiques de la société bureaucratique de l'ère soviétique. Nous ne voulons pas entraîner les gens dans une nouvelle version du même genre d'impasse. C'est l'objet de débats passionnés entre nous et les partis et groupes traditionnels de gauche, qui s'associent sans ambiguïté à la tradition des bolcheviks et de l'Union soviétique. J'espère que les idées du socialisme anti-autoritaire reprendront racine dans notre pays.

SS: Les membres de votre entourage sont-ils affectés par les répressions actuelles ? 

DK: Oui. Loukachenko demande que les étudiants qui ont pris part aux manifestations soient expulsés des établissements d'enseignement supérieur. Bien que nous n'ayons pas participé aux manifestations, nous sommes nous aussi menacés d'expulsion. Nous pouvons également être privés d'accès aux locaux où nous tenons nos réunions. 

SS: Quelles perspectives voyez-vous pour la Biélorussie ? 

DK: À notre avis, il est peu probable que les manifestations améliorent la situation dans le pays. Si Loukachenko réussit à les supprimer, il y aura moins de liberté et plus de répression. Si l'opposition libérale parvient à renverser le régime de Loukachenko, il y aura plus de liberté politique. Cependant, un gouvernement libéral poursuivra probablement une politique de privatisation. L'Europe est toujours l'idéal des libéraux. Ils ne veulent pas savoir que le capitalisme est dans une crise systémique profonde et ils ne veulent pas apprendre de ce que la privatisation a entraîné en Russie et en Ukraine.

La privatisation créera une nouvelle classe d'oligarques puissants et riches et une nouvelle scission dans la société. L'industrie sera démantelée et dépouillée de ses actifs. Les travailleurs se retrouveront à la rue sans aucune chance d'emploi en fonction de leurs compétences, tandis que les entreprises productives seront transformées en entrepôts et centres commerciaux. L'agriculture sera également détruite. 

Nous pourrions alors voir se dérouler en Biélorussie une tragédie similaire à celle qui s'est produite en Ukraine. La déstabilisation de la société peut conduire à une confrontation entre les régions orientales liées à la Russie et les régions occidentales attirées vers l'Union européenne. 

SS: Mais la Biélorussie n'a sûrement pas la division culturelle et ethnique nette entre les régions orientales et occidentales qui caractérise l'Ukraine ?

DK: La Biélorussie a une division similaire, même si elle n'est pas aussi nette. A Grodno, dans l'ouest du pays, la plupart des gens parlent le biélorusse, tandis qu'à l'est – à Gomel et Vitebsk – ainsi qu'à Minsk, la langue principale parlée est le russe. L'Ukraine représente le pire scénario pour la Biélorussie. Il y a lieu d'espérer qu'elle sera évitée. Contrairement aux manifestations contre Ianoukovitch en Ukraine, qui se sont déroulées presque toutes dans l'ouest et le centre du pays, les manifestations ici en Biélorussie sont nationales. Il n'y a pas de contre-mouvement pour Loukachenko ou pour rejoindre la Russie. 

SS: Quel est le message du Cercle Socialiste de Minsk aux citoyens de Biélorussie ?

DK: Dans cette situation, nous ne pouvons qu'en appeler à la raison des gens, leur rappeler les traditions socialistes de notre pays et souligner la nécessité d'un système fondé sur la justice sociale, la coordination des intérêts de tous les groupes de population, un véritable contrôle populaire sur les biens publics, et l'autonomie la plus large. Notre slogan aujourd'hui est : Ni dictature ni privatisation, mais autonomie populaire et autogestion ouvrière !

Mots clés: La Biélorussie, opposition libérale, Loukachenko, populistes, républiques post-soviétiques, protestations, répression, capitalisme d'État

Photo de l'auteur
J'ai grandi à Muswell Hill, au nord de Londres, et j'ai rejoint le Parti socialiste de Grande-Bretagne à 16 ans. Après avoir étudié les mathématiques et les statistiques, j'ai travaillé comme statisticien gouvernemental dans les années 1970 avant d'entrer dans les études soviétiques à l'Université de Birmingham. J'étais actif dans le mouvement de désarmement nucléaire. En 1989, j'ai déménagé avec ma famille à Providence, Rhode Island, États-Unis, pour occuper un poste à la faculté de l'Université Brown, où j'ai enseigné les relations internationales. Après avoir quitté Brown en 2000, j'ai travaillé principalement comme traductrice du russe. J'ai rejoint le Mouvement socialiste mondial vers 2005 et je suis actuellement secrétaire général du Parti socialiste mondial des États-Unis. J'ai écrit deux livres : The Nuclear Predicament : Explorations in Soviet Ideology (Routledge, 1987) et Russian Fascism : Traditions, Tendencies, Movements (ME Sharpe, 2001) et d'autres articles, articles et chapitres de livres que je tiens à rappeler.

Articles Relatifs

Politique, Guerre

D'Obama à Trump : un thermidor orange ?

Vues : 615 Par Stephen Harper (SPGB), 13 novembre 2016 « Son armoire nue ; sa vision câblée '- Wire, 'Internal Exile' Comme l'ont tweeté certains wag après la récente présidentielle ...

4 min read

Capitalisme, Classe, Histoire, Politique, Socialisme

Eugene Debs et le mouvement socialiste mondial

Une collection de citations des discours et des écrits d'Eugene Debs (1855-1926). Il était un éminent organisateur syndical, écrivain et orateur socialiste.

11 min read

Capitalisme, Classe, Actualité, police, Politique

"Quand le pillage commence, le tournage commence"

Qui et quoi la police protège-t-elle ? Trois articles sur le mouvement Black Lives Matter du numéro de juillet 2020 de The Socialist Standard

8 min read

Capitalisme, Actualité

Le tribunal ordonne la destruction de chocolats

Vues: 616 Il a été rapporté qu'un tribunal suisse a ordonné à la chaîne de magasins d'alimentation Lidl de cesser de vendre ses lapins en chocolat dorés et de détruire ses ...

1 min read
Inscrivez-vous
Notifier de
invité
Ce site utilise le plugin de vérification de l'utilisateur pour réduire le spam. Voir comment vos données de commentaires sont traitées.
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Partager à...